Argelès-sur-Mer, le 27/02/2020.

Lettre à mes ami(e)s d’Argelès

 

« Je mets un terme à ma modeste carrière politique, avec un sentiment de travail accompli.
Je salue ici encore, l’exigence et la générosité envers Argelès et ses habitants, des deux maires avec qui j’ai eu le plaisir et l’honneur de travailler, de 1983 à 2016.

Mais je pars, avec une rancœur et une colère certaine, envers le maire actuel d’Argelès-sur-Mer, Antoine Parra.

Trois listes se présentent aux élections municipales de 2020, trois listes sans étiquette !

Trois candidats sont donc en lice ; l’un, sympathique au demeurant, que je ne connais que peu, l’autre, un ami de longue date, avec l’amour d’Argelès chevillé au corps, enfin, le troisième que je connais trop bien !

Le vote est secret, et le passage dans l’isoloir est obligatoire. Je ne vous dirai donc pas pour qui je voterai, mais je peux vous dire pour qui je ne voterai pas, et j’espère vous convaincre de faire comme moi.

A mes amis de droite et de gauche, je vous dis: ne vous trompez pas, ne vous laissez pas charmer par de beaux programmes et les belles paroles du maire sortant. Ayez en tête, quand vous serez dans l’isoloir, la décision du tribunal correctionnel de Perpignan du 12 avril 2018.

A mes amis de droite, je dis, ne votez pas Antoine Parra, celui qui vivait illégalement dans un gîte illégalement construit.

A mes amis de gauche, je dis, ne votez pas Antoine Parra, celui qui, maire en place, se baignait avec ses amis, dans une piscine construite illégalement.

Quand vous vous voulez être maire, et à fortiori quand vous l’êtes, il y a un devoir d’exemplarité. Ce n’est pas une simple question de moralité. C’est une question de dignité pour la commune et pour les habitants que vous voulez représenter.

Un des trois candidats ne répond pas à ce critère !

Bon vote …….Amitiés ».

Jean-Patrice GAUTIER