Daniel Barbaro, heureux maire de Montner, qui siège « sans étiquette » au sein de la Majorité métropolitaine (communauté Urbaine Perpignan-Méditerranée/ PMM) présidée par Robert Vila (LR/ Les Républicains), maire de Saint-Estève et candidat à sa propre succession aux Départementales sur le canton 14 « Le Ribéral », a adressé hier le courriel suivant aux élus communautaires, dans lequel il éructe : « À la vue des circonstances exceptionnelles actuelles, notamment le risque d’élection, dès le premier tour, du candidat d’un parti d’extrême droite, ainsi que l’absence de candidat issu de la droite républicaine : je me permet de vous faire parvenir c’est appel en pièce jointe* des maires à voter pour Lola BEUZE et Charles CHIVILO dès le premier tour des élections départementales des 20 et 27 juin 2021. Merci de bien vouloir me répondre rapidement si vous êtes d’accord pour le signer afin de le faire paraître avant le premier tour ».

Cela se passe, bien entendu, dans le canton 15 « La Vallée de l’Agly » où, selon le maire de Montner : Gilles Foxonet, maire de Baixas, vice-président de PMM, candidat soutenu entre autres personnalités par le maire RN de Perpignan, Louis Aliot, a toutes les chances de l’emporter dès le 1er tour !

Les élus sont donc avertis désormais : s’ils veulent connaître le sort que leur réserve le « corps électoral » – dans ce domaine le maire de Montner semble s’y connaître selon ses dires -, alors ils n’ont qu’à consulter Daniel Barbaro. Ce dernier invente donc le « front républicain » avant l’heure, avant le 1er tour, et ce au mépris de tous les électeurs – pris ici pour des imbéciles – et, surtout, des autres binômes candidats dans ce canton : Joël Diago & Jamila Mekoui, Michèle Louge & François Maurand, Stéphane Caron & Brigitte Corp… sans oublier naturellement Agnès Bachelet & Gilles Foxonet.

Le maire de Montner a une drôle de conception de la démocratie. Daniel Barbaro a-t-il fait ses études à Pyongyang ? Ou, plus près de chez lui, plus près de chez nous aussi, souhaite-t-il s’inspirer des modes de scrutin de la Biélorussie et de l’Azerbaïdjan ? La réflexion est ouverte.

En attendant, on espère qu’une municipalité dans le canton « La Vallée de l’Agly » inaugurera à la sortie des élections une salle de presse « Daniel Barbaro », dans la pure tradition républicaine de la Liberté d’expression. Sans la moindre ironie de notre part, cela est amplement mérité.

Transportons-nous maintenant à Argelès-sur-Mer, ou plutôt au Mas de l’Aspres, à Corneilla-del-Vercol, où la présidente socialiste de la Région Occitanie/ Pyrénées-Méditerranée, Carole Delga, avait convié ses soutiens roussillonnais pour un point presse, hier en fin de matinée. Dans ce Comité, à la tribune : Christophe Manas, maire de Corneilla-del-Vercol, Samuel Moli, maire de Saint-André, Isidore Peyrato, maire d’Err, Agnès Langevine of course, colistière de Carole Delga et sa 2e vice-présidente sortante…

Soudain, dans le public, un homme se lève, pour congratuler Carole Delga et, presque, lui faire publiquement, la main sur le coeur, une déclaration d’amour – épousailles strictement politiques, ou plutôt politiciennes en l’occurrence -, au grand dam des participants, déjà interpellés, choqués par la présence de cet individu qui « ose se montrer ici », car selon nombre d’entre eux : « il n’y avait pas sa place, surtout pas lui ! ».

Ce personnage haut-en-couleur (politique) n’est autre qu’Antoine Parra, maire d’Argelès-sur-Mer, président de la puissante communauté de communes Albères-Côte Vermeille-Illibéris (…). Celui qui ne cesse depuis son élection de fustiger, de ridiculiser les gens de gauche dans sa commune et sur le territoire communautaire.

C’est encore lui, Antoine Parra, qui fait campagne, pour les Départementales, avec Grégory Marty, le maire soi-disant politiquement inclassable de Port-Vendres, mais dont le suppléant n’est autre que Bruno Galan, le maire très à droite de Palau-del-Vidre, responsable pour Les Républicains (LR) de la IVe circonscription des P-O et qui de surcroît occupe la 3e place sur la liste de Stéphane Loda (LR) aux Régionales… face à une certaine Carole Delga !

Vous trouvez ça absurde ? Nous aussi !

Cerise sur le gâteau, c’est la 1re adjointe d’Antoine Parra, Julie Sanz, qui forme le binôme avec Grégory Marty, candidats donc sur le canton 5 « La Côte Vermeille ».

Comment Antoine Parra, qui dit avoir encore des valeurs de gauche, envoie-t-il sa maire-adjointe chez les galériens « macronistes-compatibles-Les-Républicains » ? Incompréhensible.

Peut-être qu’Antoine Parra, ce jour-là, hier à Corneilla-del-Vercol, s’est-il trompé de réunion et cherchait-il la salle des boulistes ou des philatélistes ? Certainement. Ou bien que, tout simplement, plus humblement, guidé par les sondages qui donnent tous au second tour Carole Delga confortablement réélue à la Seigneurie de l’Occitanie, le hasard a bien fait les choses…

Daniel Barbaro de Montner, Antoine Parra d’Argelès-sur-Mer : deux exemples à ne surtout pas suivre ; deux élus qui ne donnent pas envie de retourner aux urnes. Ou alors si, pour les sanctionner en votant pour celles et ceux qui veulent vraiment renverser la table et couper définitivement le cordon ombilical avec des méthodes d’un autre temps.

L.M.

 

*La prose de Daniel Barbaro : « Nous, maires en responsabilité du canton de la Vallée de l’Agly, de tous bords politiques ou sans étiquette, appelons à voter pour le binôme de Lola BEUZE et Charles CHIVILO aux élections départementales des 20 et 27 juin prochains. Nous avons pu apprécier, tout au long de leur précédent mandat, leur travail au service des habitants de l’ensemble des communes du canton, sans aucun sectarisme. C’est dans l’intérêt de notre territoire de choisir d’avancer dans un esprit rassembleur et républicain ».

NDLR. Si ça ce n’est pas du sectarisme !!!