« Je suis « Frondeuse» par conviction et respect, et surtout pas, par mimétisme et arrivisme, comme j’ai pu l’entendre !
Engagée dans la vie publique depuis 2008 en tant qu’adjointe au maire, puis conseillère départementale depuis 2015, j’ai toujours revendiqué ma liberté de parole, de pensées et d’agir. Il m’était donc impossible de cautionner, de tels agissements, de la part d’un maire : constructions illicites sanctionnées par une condamnation du tribunal correctionnel de Perpignan en date du 12 avril dernier.
Résultat, Antoine PARRA, sous couvert d’une «pseudo-reconfiguration », a jugé bon devoir me retirer ma délégation concernant la sécurité : personne n’est dupe, me retirer cette délégation, un 19 juillet, au plus fort de la saison touristique et où l’on sait que les questions de sécurité sont les plus prégnantes, ce n’est pas de la réorganisation, mais bien une sanction !
En charge de la sécurité depuis trois ans, et « déchargée » sans préavis, de cette délégation, je tiens aujourd’hui, à remercier vivement tous les intervenants qui m’ont permis de mener à bien cette mission et de faire aboutir les projets : les agents de la Police Municipale pour leur amitié et leur soutien, les services de la gendarmerie, les services de la sous-préfecture de l’arrondissement de Céret ; tous de grands professionnels garants de notre sécurité.
Aujourd’hui, le maire affirme qu’il y a deux sortes d’élus, les bons et les mauvais. Opposée à la mouvance actuelle, je suis bien sûr classée dans les « mauvais ». Attention : qu’il n’y ait pas demain, à ses yeux, de bons et de mauvais Argelésiens !« .
Marina PARRA-JOLY, 2ème adjointe au maire, encore en charge du Transport, Conseillère Départementale du canton de la Côte Vermeille.