L’intéri-Maire Antoine PARRA condamné (en famille) par le tribunal correctionnel de Perpignan pour construction illégale (qu’il a dû démolir sous peine de devoir payer de lourdes amendes)… Le PLU de la commune, validé par l’intéri-Maire Antoine PARRA, mais sanctionné début juillet de cette année par le Préfet des P-O qui a émis un avis défavorable ; fait rarissime…

 

Et maintenant, au suivant !… ou plutôt « à la suivante » : c’est l’adjointe à l’Urbanisme, Marie-Christine BODINIER, qui prend la poudre d’escampette en annonçant sa démission d’une manière fracassante, sans toutefois que l’on connaisse véritablement les vraies raisons de ce départ : est-ce parce qu’elle ne s’entendait plus avec l’intéri-Maire ? Est-ce parce qu’elle aurait découvert quelque chose d’inavouable ? Est-ce parce qu’on voulait lui faire entériner une situation anarchique ? Est-ce pour des raisons d’ordre privé (de santé, familiales…) ? Est-ce par incompétence, car n’oublions pas que dans la précédente municipalité Marie-Christine BODINIER était conseillère municipale chargée des Affaires sociales… Cherchez le lien avec l’Urbanisme. Cherchez l’erreur.

La seule certitude : c’est que dans l’opinion publique les Argelésien.e.s sont de plus en plus nombreux à s’inquiéter de la bétonisation à outrance de leur commune, conséquence d’une politique municipale de l’Urbanisme inadéquate et irréfléchie. L’urbanisation, l’insécurité, la mobilité et les animations alimenteront à n’en pas douter la thématique des prochaines élections municipales.

 

Luc MALEPEYRE