Ce samedi 23 mai 2020, à 11h, Antoine Parra a été élu maire d’Argelès-sur-Mer, avec un score plus large que prévu grâce à l’un de ses pseudo-opposants !

En effet, Antoine Parra s’attendait à rassembler 27 voix sur son nom, au final il en aura obtenu 28 ! Merci qui ? Merci David Triquère. Celles et ceux qui ont soutenu ce dernier contre le maire sortant lors de la campagne électorale qui a précédé le 1er tour des élections municipales, le 15 mars dernier, vont très vite déchanter. En tous cas s’ils pensaient en votant David Triquère faire le choix d’une autre façon de gérer les affaires municipales, c’est raté ! Explications.

Ce matin avait lieu l’installation du nouveau Conseil municipal à partir des 33 conseillers municipaux élus le 15 mars dernier* : 27 pour la liste conduite par Antoine Parra (LDVG), 3 pour la liste de Charles Campigna (LDVG) et 3 pour la liste de David Triquère (LDVD).

C’est à cause de la crise sanitaire liée au COVID-19 (coronavirus) que l’installation des conseils municipaux a été retardée de deux mois environ. De nombreuses communes des P-O installent leurs conseils municipaux ce samedi.

Lorsqu’il s’est agi d’élire leur maire, les nouveaux élus argelésiens ont eu le choix entre le maire sortant, Antoine Parra, et l’un de ses deux opposants, Charles Campigna. Ce dernier a rassemblé sur son nom trois voix, celles des conseillers municipaux de sa liste « Argelès c’est vous », et Antoine Parra les vingt-sept de sa liste intitulée « En Avant Argelès-sur-Mer »… plus celle d’un opposant issu de la liste menée par David Triquère, « Faire l’avenir ensemble » (laquelle soit dit en passant n’a jamais aussi bien portée son nom que ce matin !). Les deux autres colistiers de David Triquère ont préféré se réfugier très courageusement dans le vote blanc, plutôt que de soutenir la candidature de Charles Campigna… C’est un constat.

Mais cela n’enlève rien à la bizarrerie de la chooose. En effet, cette attitude est d’autant plus surprenante que s’il y avait eu un second tour aux municipales du 15 mars, pour résumer si la liste d’Antoine Parra n’était pas passée au 1er tour, il avait été convenu que le 3e se retirerait au bénéfice du 2nd pour affronter le maire sortant : que Campigna se retirerait pour Triquère et vice-versa. Comme disait l’Autre : « les promesses n’engagent que ceux qui y croient… ou encore que ceux qui les reçoivent, et encore que ceux qui les entendent » !

Bref, chacun l’aura compris, au moins maintenant c’est très clair : l’Opposition – constructive ou pas – à l’équipe municipale aux commandes de la Ville d’Argelès-sur-Mer se résumera pendant ce mandat de six ans à Charles Campigna. Point à la ligne.

Quant au sieur Antoine Parra, ce matin il a réalisé un sans faute, d’un bout à l’autre de la cérémonie. Rendons lui cet hommage bien mérité. C’est dans une sérénité exemplaire, dans un langage posé et avec un certain talent d’orateur, qu’il a démontré aujourd’hui que le costume de maire d’Argelès-sur-Mer lui était définitivement taillé surmesure.

A l’issue de l’élection d’Antoine Parra en qualité de maire d’Argelès-sur-Mer, les conseillers municipaux ont élu adjoints : Julie Sanz ; Laurent Fabre ; Marguerite Pujadas-Roca ; Antoine Casanovas ; Brigitte de Capèle, Bernard Ducassy, Valérie Picot, Frédéric Donnet ; et Muriel Saignol.

 

 

*Résultats des élections du 15 mars dernier à Argelès-sur-Mer : abstention 47,91% ; participation 52,09%. Antoine Parra 3 047 voix (59,7%) ; Charles Campigna 1 103 voix (21,61%) et David Triquère 953 voix (18,67%).