« Constructifs, Vigilants et Combatifs

Mesdames et Messieurs les élus bonjour.

Nous avons pris acte du résultat des dernières élections municipales.
Nous regrettons que par rapport au pourcentage des municipales de 2014, plus de 2 000 Argelésiens ne se soient pas déplacés, pour cette élection de proximité.
Nous connaissons tous la cause de cette défection : une pandémie dont nous ne sommes pas encore sortis. Restons prudents.
Si nous regrettons la faible participation à ce scrutin, il est sain en politique de pouvoir reconnaître une défaite.
Avoir l’humilité de la reconnaître est une preuve de vérité aujourd’hui et de vérité demain pour des décisions municipales futures. La vérité est la meilleure conseillère.
Une démocratie a besoin d’une Opposition. L’opposition sera essentielle à la vie démocratique municipale d’Argelès.
Ceux qui pensent qu’une opposition faible sert le pouvoir en place se trompent. Une opposition que l’on voudrait faible, en la muselant, avec aucune information, sert les extrêmes.
Un politique respecté n’est pas celui qui se sert de son pouvoir pour asseoir son autorité, mais bien le contraire : celui qui se sert de son pouvoir est un faible et souvent pas très intelligent.
La vie politique se nourrit du débat d’idées et de la confrontation de points de vue. De la contradiction, de la participation naît la richesse.
Un pouvoir élu démocratiquement peut se raidir dans ses certitudes, au nom de je ne sais quoi, d’une course effrénée à des réalisations à tout prix, l’ambition, l’orgueil. L’ego de gouverner seul est aussi une faiblesse au détriment de la collectivité.
Il ne peut résulter de cela, qu’un aveuglement, une perte de lucidité et l’oubli qu’on n’est en place que par la volonté du peuple et qu’on lui doit des comptes sur tout.
L’opposition a un rôle à tenir, nous l’assumerons entièrement, en toute indépendance ! Liberté ! Sans pression de quiconque ! Et toujours en faveur des Argelésiens et d’Argelès ! Nous serons constructifs vigilants et combatifs.
Nous serons particulièrement vigilants à une application stricte de la loi par le maire, tous les élus et au regard des embauches municipales.
La défense de notre environnement est une priorité. Nous serons attentifs aux projets relatifs à l’urbanisme. Il y a des secteurs d’Argelès où il est impossible de construire. Nous ne laisserons pas le champ libre !
Pour ce qui est des finances municipales, nous souhaitons qu’il y ait un état des lieux des quatre années écoulées, soit avant le coronavirus, qui aura obligatoirement une incidence sur les budgets municipaux à venir.
A la fois pour que tous les élus connaissent en toute indépendance l’état des finances aujourd’hui, mais aussi pour savoir ce qu’il sera possible de réaliser financièrement dans le mandat à venir.
L’économie, qu’elle soit commerçante, artisanale, touristique, agricole est le moteur de la vie des Argelésiens. Il faut arrêter de subir. Avoir le courage de dynamiser et d’être inventif. Pour cela être à l’écoute de tous et travailler !
Aucun Argelésien ne doit être oublié avec la mise en place d’une politique sociale juste, solidaire et modernisée.
Renouer les relations, la confiance avec les services de l’état et toutes les collectivités territoriales est indispensable.
L’opposition a un rôle constructif à jouer. Nous le jouerons !
Chacun avec nos différences, nous construirons Argelès ensemble !
Je suis candidat au poste de maire pour continuer à porter les valeurs et les projets que nous avons soutenus tout au long de la campagne.
En ce qui concerne la désignation des adjoints, s’agissant d’un scrutin de liste, nous laisserons la majorité prendre ses responsabilités, et nous nous abstiendrons, pour marquer notre différence, pour nos électeurs et pour tous les Argelésiens.
Pour ce qui est des délégations du conseil municipal au maire, nous voterons contre. Voter autant de délégations à une personne supprime tout débat et vote en conseil municipal. C’est moins de démocratie aussi bien pour les élus de la majorité que de l’opposition.
Alors que l’élection municipale est une élection de proximité, on retire aux élus municipaux l’essence même de notre démocratie locale, ici à Argelès ».

Charles Campigna, Patricia Nadal, Guy Esclopé