Dès demain matin, jeudi 25 juin 2015, Pierre Aylagas, PS, député-maire d’Argelès-sur-Mer, président de la communauté de communes Albères/ Côté Vermeille, devrait avoir un entretien privé, en tête à tête, avec son Directeur général des services (DGS), François Parsi, pour lui signifier les raisons pour lesquelles en définitive il est obligé de se séparer de lui en tant que DGS de ladite communauté de communes, poste auquel il l’avait nommé le 1er juin dernier…
C’est Lionel Nadal (UDI), adjoint au maire de Port Vendres, délégué communautaire, qui avait soulevé avec enthousiasme et exaspération « un problème d’éthique » concernant cette nomination, menant contre celle-ci une fronde médiatique entamée le 29 mai 2015 lors d’un conseil communautaire décentralisé à Laroque-des-Albères.
Depuis, Lionel Nadal n’a cessé de mener le combat, dénonçant « un fait du prince insupportable et inadmissible », tandis que Pierre Aylagas lui rétorquait en substance « Je fais ce que je veux ! »…
Entre temps, il semblerait qu’une note émanant de la préfecture concernant cette nomination justement, soit à l’origine du recul du président de la communauté de communes Albères/ Côté Vermeille dans ce dossier.
Contacté par téléphone, Lionel Nadal se refuse à tout commentaire : « J’attends une confirmation officielle… Et je réagirai bien sûr en conséquence ! Mais je savais depuis le début que j’étais dans le bon droit. Il y a des pratiques, des habitudes, qui doivent être bannies… Nous sommes en 2015, au cas où certains l’auraient oublié… ».