La libéralisation prévue dans le cadre de l’Union européenne (UE), des droits de plantation en matière de vigne, inquiète l’ensemble de la filière.

En effet, la crainte d’une déstabilisation profonde et brutale que cette libéralisation pourrait entraîner dans un margé déjà suffisamment fragilisé, est réelle.

Jean-Paul Dupré (PS), député-maire de Limoux (dont l’épouse est argelésienne… et son frère membre du PRG élu avec Pierre Aylagas à la mairie d’Argelès-sur-Mer), a, au mois de juillet dernier, déjà eu l’occasion de saisir le gouvernement de Jean-Marc Ayrault sur cette question à l’Assemblée nationale.

Pierre Aylagas (PS), député-maire d’Argelès-sur-Mer et président de la communauté de communes Albères/ Côte Vermeille, très sensible aux questions touchant à l’agriculture en général, à la viticulture en particulier, a convié son homologue audois à une réunion d’information, ce vendredi 17 août 2012, à 18h 30, salle des Commissions de l’Hôtel de Ville d’Argelès-sur-Mer (village), en présence de viticulteurs et de représentants élus du monde viticole, dont le président de la Chambre d’Agriculture, Michel Guallar, et le président du CIVR (Comité Interprofessionnel des Vins du Roussillon), ainsi que les présidents des caves coopératives et particulières des Pyrénées-Orientales.

Cette réunion se fixe pour objectifs « d’expliquer en quoi cette mesure de l’UE suscite des craintes légitimes chez les viticulteurs et définir les réponses satisfaisantes qu’avec les deux députés socialistes à ses côtés, la profession peut envisager et proposer (…) ».