A notre humble avis, le ménage va être vite fait au sein de la communication qui entoure le maire d’Argelès-sur-Mer, Antoine Parra (Divers Gauche)…

Que dans le N° 154 du magazine municipal « Granotes » relooké, il n’y ait pas un article sur l’urbanisation galopante qui défigure jour après jour la commune, passe encore. On ne va pas se tirer une balle dans le pied ! Mieux vaut assurer la promotion de ce qui est beau, bon et bien.

Que dans ce même N° 154, il n’y ait pas une rubrique, un chapitre, sur le tourisme – au moins pour rendre hommage aux restaurateurs et autres commerces qui en cette période compliquée assurent un service à emporter, ou à l’hôtellerie de plein air qui innove dans des projets d’avant-saison – passe encore. Et encore ! Car le tourisme, faut-il le rappeler, est le pilier de l’économie argelésienne. Mais, visiblement, « à l’Hôtel-de-ville, de la Plage on s’en tamponne le coquillard ! » (entendu sur le banc des sénateurs, un jour de grand marché de pleine tramontane).

Mais que, toujours dans ce N° 154, on se moque du boss – ici le maire d’Argelès-sur-Mer, Antoine Parra himself – en ne relisant pas ses articles, en laissant passer des fautes « hé-naur-mes », alors là les mecs c’est pas sympa ! C’est oublier que le patron de la commune a été enseignant ! C’est tout simplement ridicule. Sans (autres) commentaires.