François Lietta, responsable départemental des Jeunes Républicains’66, communique :

« Dérapage sexiste, harcèlement moral: le Parti Socialiste 66 dérape envers les femmes.

C’est un nouveau dérapage qui interroge sur le respect envers les femmes au sein du Parti Socialiste 66…

Lors d’un conseil municipal le député-maire d’Argelès-sur-Mer, Pierre AYLAGAS, a dérapé par des propos sexistes envers une élue d’opposition. En premier lieu, nous tenons à apporter notre entier soutien à Brigitte DE CAPELE, victime des propos tenus. Irrespect envers une femme, mépris de l’opposition ? Quelle mouche a encore piqué Pierre AYLAGAS ? (…).

Ce n’est pas la première fois que le Parti Socialiste 66 accepte le comportement d’ élus qui dérapent envers les femmes. Reconduisant sur la liste régionale Marcel MATEU, le PS’66 dirigé par la ministre en charge des Personnes handicapées et de la Lutte contre l’exclusion, Ségolène NEUVILLE, a approuvé la candidature de cet homme condamné pour harcèlement moral envers une femme.

Sur le dérapage sexiste de Pierre AYLAGAS, sur la condamnation pour harcèlement moral de Marcel MATEU, la fédération catalane du Parti Socialiste est bien silencieuse. Féministe à Paris, sexiste à Perpignan, comment la direction locale peut elle encore longtemps approuver ce genre de comportement ? ».