Rassurons les Argelésiens… il n’est nullement question pour la Municipalité d’Antoine Parra de détruire l’église de la Plage ! 

 

 

-Le célèbre bois de pin menacé par l’implantation d’un marché artisanal de plein vent, en partie sud près de l’Eglise ? En 1970 des campeurs avaient installé des tentes dans cette zone ! Un beau départ de feu avait été maitrisé en début d’après-midi d’août la municipalité d’alors avait pris les mesures qui ont prévalu jusqu’à ce jour.

-Le célèbre Petit-train stoppé par décision du conseil municipal (sic) : c’est un poisson d’avril ? En tout cas, on l’espère ?

-Les grands immeubles écrasent les anciennes villas – quand elles ne sont pas détruites en préalable -, et çà empire, la « Sarcellisation » de la station est en marche !

-Les pins que l’on coupe au village parce qu’ils sont pins et pas micocoulier ou palmier ? Du racisme vert ?

Et l’on peut multiplier les cas de cette liste depuis le départ des Aigles de Valmy* (et la fermeture du parc animalier), le départ du festival Les Déferlantes (pour Céret), le départ de la brasserie Cap D’Ona (pour Céret)… La compétition est ouverte : à qui le tour ? Au suivant !

Sont- ils devenus fous ? Non ne chargeons pas la COVID, cette affaire était bien entamée avant !

Que faire ?

Que faire ? Bien du courage à celle et celui qui, lors des prochaines élections départementales en vue, au mois de juin qui vient, se présenteront avec le soutien de la Municipalité d’Argelès-sur-Mer… A ce moment-là, l’opinion publique argelésienne, qui enfin semble vouloir se réveiller pour s’opposer à tout ces « bourbiers » qui défigurent l’identité et le cadre de vie qualitatif de la commune, aura tout le loisir et la latitude pour exprimer son mécontentement (puisque visiblement il n’y a que le courant électoral qui passe dans cette équipe municipale).

 

L.M.

 

*Certes, le départ des Aigles de Valmy est une erreur de stratégie – cause d’un mauvais voisinage avec le festival Les Déferlantes… Que depuis la nouvelle municipalité d’Antoine Parra a mis à la porte-, est à attribuer à l’ancienne municipalité, dirigée alors par Pierre Aylagas (PS).

 

 

A deux pas de l’église de la Plage, justement… et de l’Office de tourisme ! Argelès-sur-Mer-La-Naturelle : « Sa plage, ses campings, sa verdure, son Petit-train, son Bois de pins, Valmy… et ses immeubles qui rivaliseront bientôt de hauteur avec la tour de La Massane ! ». Certes, un point de vue comme un autre… Bienvenue !