Une « Route Nationale » déserte, avec des commerces vides… Une atmosphère qui fait « flipper » !

 

Plusieurs fois par jour, l’artère principale routière qui traverse le village et qui irrigue les commerces du centre-ville est coupée, barrée, à cause du grand chantier de réaménagement engagé par la municipalité.

Si ces travaux étaient nécessaires, personne dans la population ne les conteste, et surtout personne ne doute de la sincérité de la municipalité s’agissant de l’objectif visé, à savoir la redynamisation du centre du village, en revanche la Ville a oublié de mettre en place une signalisation adéquate, digne de ce nom, une déviation en tout cas pour diriger les habitants, et surtout les visiteurs, vers des aires de stationnement ou de circulation.

Et que dire encore des riverains qui n’ont d’autre choix que de rentrer chez eux… à reculons !

Chaque jour, en ce moment, nombre de commerces situés par exemple sur la « Route Nationale », perdent au minimum la moitié de leur chiffre d’affaire. Cela ne semble pas inquiéter outre mesure nos chers élus. Les engins de chantiers traversent et encombrent le carrefour qui dispatche les automobilistes vers une gare SNCF de plus en plus inaccessible à certaines heures de la journée, parfois au mépris des règles de sécurité les plus élémentaires. Quand aux piétons, ils sont quotidiennement livrés à un bitume littéralement bombardé ! Et ce n’est pas peu dire…

 

Des abribus inaccessibles, certes… mais jusqu’à quand ? Aucune date pour rassurer la population. Quel mépris pour les usagers des transports en commun… et de la clientèle qui continue de venir fréquenter les commerces du centre ville « entre deux bombardements » !