Depuis deux jours la mairie d’Argelès-sur-Mer bruisse sur la suppression par Antoine PARRA, désigné maire depuis mars 2016, de la Délégation au camping municipal « Le Roussillonnais » attribuée à Renaud BOISVERT, depuis leur élection au conseil municipal sur la liste de Pierre AYLAGAS en 2014.
C’est ce que le maire aurait annoncé, à un petit groupe d’élus choisis, et qu’il aurait convoqué en urgence lundi soir dernier. Il se raconte que Pierre AYLAGAS n’était pas présent à cette réunion…
Le sujet exclusif de la convocation portait il semblerait sur leur collègue Renaud BOISVERT. Cette réunion aurait bien eu lieu… en l’absence de Renaud BOISVERT, non invité. Elle était sûrement ainsi plus facile à mener pour le maire en l’absence de l’élu concerné dont on connaît la pugnacité.
D’autant que les présents n’auraient pas été déçus par la teneur des accusations portées par le maire pour justifier sa décision !
Selon nos informations, les seuls motifs avancés dans cette réunion auraient porté sur « la détermination de Renaud BOISVERT pour défendre les dossiers dont il a la responsabilité, son engagement sur le terrain auprès des Argelésiens »… et (sans aucun doute) sur sa camaraderie avec Charles CAMPIGNA.
Plus précisément, nous dit-on, Antoine PARRA lui aurait reproché « d’intervenir auprès de son cabinet pour soutenir l’accélération de demandes de subventions pour la commune »… Puis d’avoir été présent à la manifestation organisée lundi matin par les parents d’élèves FCPE pour réclamer des postes non pourvus au lycée d’Argelès-sur-Mer, dont celui de professeur de philosophie (cette manifestation a été suivie par le succès de trois recrutements) ; il est vrai que Renaud BOISVERT était le seul élu municipal présent et qu’il y a été photographié avec deux de ses camarades responsables des jeunes socialistes des P-O. Mais le pire, pour Antoine PARRA, aurait été que Charles CAMPIGNA y était aussi présent et que la presse locale confirmait ce même jour la candidature de Charles CAMPIGNA aux prochaines élections municipales de 2020.
Le comble de l’incompréhension pour les Argelésiens déjà informés, est que le dernier journal officiel municipal intitulé Granotes n°135 d’août 2017, distribué dans toutes les boîtes aux lettres, et dont le directeur de publication n’est autre qu’Antoine PARRA, met en avant sur deux pleines pages « le remarquable travail mené au camping municipal sous la responsabilité de l’élu Renaud BOISVERT ». Par exemple on peut y lire qu’en moins de trois ans le chiffre d’affaires du camping a augmenté de 33% (de 1,76 à 2,34 millions d’euros en 2016), que l’apport net à la commune a augmenté de 70% (de 240 000 à 410 000 euros en 2016), tout en augmentant le niveau de prestations offert à la clientèle.
C’est à ne plus rien y comprendre. Vous parlez d’un embrouillamini ! Une chatte n’y retrouverait pas ses petits.
Moralité de cette fable argelésienne : à la mairie d’Argelès-sur-Mer, il ne faut pas trop faire preuve de ses compétences et de son engagement pour l’intérêt général de la commune. Et, surtout, ne pas être en toute liberté ami avec ceux qui ont l’outrecuidance de déplaire au maire actuel.
Contacté hier soir par la rédaction de Ouillade.eu, Renaud BOISVERT n’a pas souhaité s’exprimer pour l’instant. Il ne nous a ni confirmé ni démenti les faits évoqués ci-dessus.