Les élus qui siègent au sein du Conseil municipal d’Argelès-sur-Mer, et qui ont demandé la démission de l’intéri-Maire Antoine PARRA (ex PS désormais En Marche! et en courant) suite à sa condamnation – pour la démolition de sa piscine sans permis de construire et le non respect de permis de construire pour la réalisation d’un gîte la sentence – ne seront pas invités cette année au festival Les Déferlantes

Toutefois, grand seigneur de VALMY, Monsieur l’intéri-Maire a décidé que, cette année, Brigitte de CAPELE de Saint-André, élue LR (Les Républicains) au Conseil municipal d’Argelès-sur-Mer, serait l’invitée d’Honneur de la mairie… Cherchez l’erreur. Mais on vous expliquera le « pourquoi » du « comment » le moment venu.

Antoine PARRA, lui, fait là une grossière énorme erreur, car il oublie que sans les élus qu’il sanctionne aujourd’hui le festival Les Déferlantes n’existerait pas à Argelès-sur-Mer. Les organisateurs, d’ailleurs, s’ils avaient encore une once de courage seraient bien inspirés de le lui rappeler, à Monsieur l’intéri-Maire… car : « La culture, c’est la mémoire du peuple, la conscience collective de la continuité historique, le mode de penser et de vivre » (Milan KUNDERA).

Quand le politique veut dicter sa propre culture, ce n’est jamais bon signe.

François MITTERRAND disait que « c’est blesser un peuple au plus profond de lui-même que de l’atteindre dans sa culture et sa langue ». Bon, en même temps, Antoine PARRA n’est plus socialiste. Mais cela ne l’excuse en rien !