(Communiqué)

 

-« Exonération des droits de terrasse… Lors du dernier conseil municipal, (duquel j’étais absent) la décision d’exonérer les taxes d’occupation du domaine public a été votée.

Sur la forme : j’aurais souhaité, avant cette prise de décision en conseil municipal, que tous les acteurs : propriétaires, gérant(e)s, commerçant(e)s, élu(e)s majorité et opposition puissent en débattre librement pour prendre la meilleure décision pour Argelès.
J’aurais également souhaité être informé de la réunion élus/ commerçants/ CCI* du lundi 19 octobre afin d’y participer. Le jour du conseil municipal, la décision était prise, puisque le maire l’avait annoncé aux commerçants, les jeux étaient faits. Ce mode de fonctionnement de la majorité municipale -sans aucune consultation- transparence- me choque profondément.

Sur le fond : les grands perdants sont les commerçants ouverts à l’année avec une réduction de 30% seulement. Comment peuvent-ils fournir un effort sur l’emploi, l’animation et la vie du village douze mois durant ? Un commerce ouvert à l’année dans un village équivaut à plus de sécurité, engendre plus de lien social, signifie plus de vie. D’autre part, l’état d’urgence a été prolongé, et personne ne peut se targuer de savoir de quoi demain sera fait, personne ne peut se prévaloir de lendemains qui chantent. Les commerçants ouverts à l’année sont là, et c’est maintenant qu’il faut les aider par des actes forts.

Proposition : la réduction des taxes d’occupation du domaine public pour les commerçants ouverts à l’année aurait dû être de 60%. D’autant que la municipalité ne fait pas un réel effort, comme énoncé devant les commerçants eux-mêmes. 360 000 euros sont nettement inférieurs, à la dépense réelle que fait la municipalité les années précédentes, personnel saisonnier non embauché, animations inexistantes jusqu’à la fin de l’année, festival Les Déferlantes….

Avenir : la municipalité doit arrêter de subir, en cette période difficile, elle doit être force de proposition, d’accompagnement, d’écoute, fédératrice pour redynamiser le commerce local. Tous ensemble trouver des idées, travailler, pour protéger l’emploi et garder nos commerces ouverts.

Charles Campigna,
Elu d’opposition du conseil municipal d’Argelès-sur-Mer.

 

*CCI : Chambre de Commerce et d’Industrie des P-O (CCI’66)