Certes, nous continuerons de les voir ensemble, côte-à-côte, lors d’inaugurations et d’événements publics locaux. Certes, ils se serreront la main quelque part sur le territoire de la communauté de communes Albères-Côte Vermeille-Illibéris, présidée par Pierre AYLAGAS (PS), ancien député-maire d’Argelès-sur-Mer. Certes, ils sont partis ensemble en voyage, dans le même autocar, tout-récemment, au Pays Basque, du côté de Biarritz, dans le cadre d’une belle tradition municipale républicaine qui fait que, chaque année à pareille époque, avant la saison estivale, les élus d’Argelès-sur-Mer se retrouvent entre eux le temps de trois-quatre jours. Certes, certes, certes.

Mais tout ça, ne vous y trompez pas, c’est juste pour la photo « de famille »… Et encore : de retour de Biarritz, où ils se sont affichés avec l’une des gloires locales originaire d’Argelès-sur-Mer, Thomas LIèVREMONT, ancien talentueux rugbyman reconverti dans la restauration aux commandes du « Bar de la Côte des Basques », Pierre AYLAGAS et Antoine PARRA (PS), son successeur à la mairie d’Argelès-sur-Mer, ont posté sur leurs Facebook respectifs une image aux côtés de leur sportif préféré, prenant bien soin toutefois que « l’autre » n’apparaisse pas.

De toutes façons, c’est un secret de Polichinelle, Antoine PARRA sait qu’au prochain rendez-vous des municipales, en mars 2020, il ne pourra pas compter sur le soutien de son prédécesseur, Pierre AYLAGAS. Ce dernier, d’ailleurs, verrait bien une personnalité de gauche – telle que Hermeline MALHERBE, l’actuelle présidente socialiste du Conseil Départemental ? – venir se présenter à Argelès-sur-Mer. Il n’attend que ça. C’est là une rumeur… insistante. C’est aussi l’unique (dernière) chance de conserver la commune à gauche en 2020. En attendant, au sein de la majorité de gauche de l’actuel conseil municipal, si demain il y avait une consultation Antoine PARRA serait mis en minorité, sur la touche. Les troupes sont restées majoritairement acquises à Pierre AYLAGAS, c’est l’évidence… et le poids de la fidélité : toutes et tous n’ont pas oublié, et c’est heureux, que s’ils siègent aujourd’hui à la Mairie, c’est grâce à Pierrot qui en 2014 menait la liste et le combat.