Claude Rolland, ancien 1er adjoint PRG, et Georges Ilari, ancien conseiller municipal et adjoint, du temps de Gaston Pams et Jean Carrère communiquent : « Le conseil municipal du 26 février 2015 restera un jour sombre dans la vie démocratique de notre village. Nous sommes consternés par l’attitude du maire d’Argelès qui vient de mettre fin à 60 ans d’union de la gauche à Argelès. Par cette manœuvre intolérable, il fait table rase de l’héritage précieux que lui avaient légué Gaston Pams, Jean Carrère et leurs équipes municipales avec qui nous avions eu le plaisir de construire et développer Argelès. En supprimant ses délégations à Guy Esclopé 1 er adjoint depuis 14 ans (élu depuis 20 ans) et mettant en cause Antoine Casanovas adjoint depuis sept ans, parce qu’ils se présentent aux élections départementales de mars 2015, Pierre Aylagas bafoue la liberté d’expression et d’action qui est un des fondements de notre République. Nous dénonçons ces pratiques (…) et apportons tout notre soutien à Guy Esclopé et Antoine Casanovas ainsi qu’à leurs collègues Hermine Brès et Myriam Noguès dans leur combat pour les valeurs républicaines. (…). Leur expérience d’élus locaux, leurs compétences et leur engagement républicain sont autant d’atouts majeurs pour défendre nos territoires »