Voici la lettre que Charles CAMPIGNA, ancien adjoint socialiste de la Ville d’Argelès-sur-Mer, vient d’adresser à Ségolène NEUVILLE, 1ère secrétaire de la fédération catalane du PS, ex-députée et ex-secrétaire d’Etat de Manuel VALLS en charge des Personnes handicapées et de la Lutte contre l’exclusion…

« Madame la 1ère fédérale de la Fédération Catalane du Parti Socialiste,

Le 22 juillet 2016, j’étais renvoyé par des militants de la section d’Argelès-sur-Mer devant la commission des conflits, suite aux reproches faits au maire élu en 2014, Pierre Aylagas, et son dauphin Antoine Parra ,imposé en 2016 à la population d’Argelès-sur-Mer ; propos tenus dans la presse.

Leur arrangement a été fait sans inscription à l’ordre du jour, ni débat, ni vote préalables en section du parti Socialiste. 

Deux militants ont quitté définitivement la section et le parti socialiste après cette réunion autoritaire et dictatoriale. 

Je ne regrette pas mes affirmations. Elles n’ont jamais été réellement contestées, car je n’ai fait que dire la vérité. Les Argelésiens le savent, le présent le prouve. 

Tu as dû remarquer comme moi, que certaines paroles, écrits, manoeuvres d’élus socialistes lors des dernières élections, sont beaucoup plus graves que ceux qui étaient le motif de mon exclusion. 

Et comme tu as pu le constater il n’y a pas eu pour eux, de commission de conflits, ni de sanctions à leur encontre. Et comme dit le proverbe…

« Selon que vous serez puissant ou misérable les jugements de cour vous rendront blanc ou noir »

Pendant des années nous avons milité, au final dans le seul intérêt de barons locaux, oubliant les valeurs socialistes, la Gauche, l’intérêt général. Le parti s’est asséché de ses valeurs, mais aussi  de ses militants. Pour en arriver dimanche 11 juin à un naufrage collectif. 

Après mon exclusion d’un an, je ne réintégrerai donc pas le parti socialiste, mon attachement politique reste Argelès-sur-Mer, où je serai  candidat aux municipales de 2020.

Charles CAMPIGNA.