Bizarre-bizarre, vous avez dit « bizarre », comme c’est bizarre…

 

(sur l’un des parkings situés aux abords du camping municipal « Le Roussillonnais » supposé être fermé…)

 

(la barrière interdisant l’accès aux lieux pour cause de confinement a été enlevée ; les automobiles présentes ici sont en infraction… à moins d’afficher un laisser-passer !)

 

En apparence, le camping municipal « Le Roussillonnais » est fermé, mesure de confinement national oblige, au moins jusqu’au 15 avril. Pour les établissements de plein air, les campings donc, la mesure s’applique aussi bien pour la clientèle touristique que pour la clientèle dite « résidentielle ».

Pourtant, comme le démontre notre reportage photographique, aux abords dudit camping municipal, depuis ces derniers jours plusieurs véhicules immatriculés à l’extérieur du « 66 » stationnent. La barrière interdisant l’entrée du parking a même été déplacée pour justement permettre à tous ces véhicules d’y accéder et alors même que la plage est interdite au public.

La plage, au moment de la réalisation de notre reportage photographique, hier en fin de matinée, étant déserte, tout porte à croire que les propriétaires de cette vingtaine de véhicules (au total sur les deux parkings riverains du camp pilote « Le Roussillonnais ») demeurent effectivement à l’intérieur du camping. Si tel est le cas, les professionnels de l’hôtellerie de plein air qui respectent les règles du confinement apprécieront…

 

(côté mer… il y a de l’animation dans « Le Roussillonnais »… Le camping serait donc ouvert ?… Ou va-t-on apprendre qu’il abrite des résidents à l’année ?… Ce qui serait peut-être légal)

(sur la plage, à gauche du « Roussillonnais », en direction du Bocal-du-Tech, personne)

(sur la plage, à droite du « Roussillonnais », en direction du Racou, pas un chat non plus… Bizarre, vous avez dit « bizarre », comme c’est bizarre !)