« La majorité municipale d’Argelès-sur-Mer n’a pas pour habitude (et ne la prendra pas) de réagir à des articles polémiques, fantaisistes, tels que celui paru récemment sur ce même support, relatif à la séance du conseil municipal de ce jeudi 26 février. Cependant, il nous paraît utile, par égards pour les quelques personnes que les faits, tels que relatés, auraient pu troubler, de rétablir quelques vérités. Il convient de souligner les nombreuses approximations et libertés que l’auteur s’autorise avec la réalité. Certes, si pour certaines, ces approximations et contre-vérités peuvent paraître futiles, elles n’en démontrent pas moins la volonté de transformer les faits qui eux, fort heureusement, restent têtus. Voici donc, dans le désordre, quelques exemples tirés dudit article:


« Les élus présents étaient au nombre de 28. » FAUX! Ils étaient 27! Certes ce n’est pas très important, mais certes aussi, ce n’est pas sérieux pour qui prétend informer.

« Les 3 bulletins en faveur du maintien dans ses fonctions du premier adjoint provenaient des rangs de la majorité. » FAUX! Seulement 3 élus de l’opposition sur 5 se sont exprimés et ont fort logiquement voté contre le choix de la majorité! Les 3 voix recueillies par Guy Esclopé sont celles des 3 élus de l’opposition. Pas une seule de la majorité!

« Un accord était passé entre le maire et l’opposition. » FAUX! Quel accord et pour quoi faire? La majorité aurait-elle besoin des voix de l’opposition? Le résultat du scrutin parle de lui-même. D’ailleurs, les élus de l’opposition en question pourront s’exprimer à ce sujet, s’ils le désirent.

« C’est à cause de sa candidature aux élections que le maire a retiré ses délégations à Guy Esclopé. » FAUX! Sinon, pourquoi n’en aurait-il pas été de même pour son colistier Antoine Casanovas, qui lui, a démissionné de ses délégations, de sa propre initiative, un peu plus tard?

« En retirant ses délégations à Guy Esclopé, le maire divise la gauche. » FAUX! Là encore, les faits sont têtus. Pas une seule voix des élus de la majorité n’est allée vers le maintien de l’adjoint! Cette majorité comme par le passé est composée d’élus non encartés et d’élus encartés, PS, PC, PRG et continue de travailler pour les Argelésiens. En revanche, par leur comportement, les deux candidats PRG ont réussi l’exploit de diviser leur propre parti puisque deux PRG sur les quatre continuent de soutenir le maire et l’action municipale. (Il est vrai que ce sont deux femmes et, peut-être que, allez savoir, dans l’esprit de certaines personnes, elles comptent un peu moins…)


Nous pourrions multiplier les exemples qui démontrent la volonté de celui dont l’unique objectif est de dénaturer une réalité qui le dérange: mensonges, approximations, élucubrations, victimisation surtout pour susciter la compassion n’aboutissent qu’à de la désinformation.

Mais n’est-ce pas là, finalement, l’objectif recherché ? ».