« Osons croire que tout est possible…..

Mon premier conseil municipal post-COVID-19 en tant qu’élue à l opposition et me voilà déjà « épinglée »…

Et pourtant… Engagée auprès de David Triquère depuis 2015 , avec des idées communes, des engagements communs, c’est tout naturellement que je l’ai suivi pour vivre cette campagne municipale et la mener ensemble avec une équipe soudée et volontaire. La prise d’initiative, le dialogue, l’équité, la liberté de s’exprimer et d’agir dans l‘intérêt collectif sont les valeurs que défend David Triquère et c’est la raison pour laquelle il a toute ma confiance et que je continue en toute légitimité d’être à ses côtés.
C’est avec le collectif Faire l’avenir ensemble que nous avons menée cette campagne afin de mettre en avant la démocratie participative au coeur de notre programme « Faire vivre la démocratie participative pour rapprocher les citoyens des élus », développer le partage, le lien, la discussion…
Aujourd’hui la campagne est terminée, il s’agissait, hier*, de confirmer par nos votes l’élection du maire et de ses conseillers.
Que les choses soient claires et entendues, mon intention n‘était pas de voter pour ou contre une personne, j’ai voté pour un changement, osant croire que tout est possible, bouleverser les règles, l’ordre établi ! Au lieu de cela, il aurait fallu voter six votes contre les vingt-sept déjà établis pour montrer que nous sommes l’opposition… Et bien, non et surtout pourquoi pas changer ?

Et Pourquoi pas ? Avec trois votes contre**, deux votes blancs et un vote oui, c’est peut-être un signe d’ouverture de l’opposition, une manière de participer déjà au changement et d’oser y croire puisque tous les candidats au fil de la campagne prônaient la Démocratie participative.
Et justement le fait de pouvoir dire « oui » ou « non », « pour » ou « contre » nous laisse un champs des possibles pour travailler, construire, prendre des décisions en intelligence collective et ce pour le bien-être des Argelésiennes et des Argelésiens !
Ne soyons pas féroces dés le départ, ne jugeons pas avant de connaitre, de nous imprégner de nos nouvelles fonctions d’élus à l’opposition. Restons authentiques, libérons-nous des clivages politiques.

« Vivre la politique c’est servir sa cité, se mettre à l’écoute et partager le vivre ensemble » et en tant que citoyenne engagée, j’ai voulu rester fidèle à mes engagements et contribuer à l’initiative collective , c’est la raison pour laquelle j’ai voté oui.
J’ose croire que tout est possible et si je vous ai blessés, heurtés, je vous présente mes excuses.

« Ce n ‘est pas parce que les choses sont difficiles que nous n’osons pas, c’est parce que nous n’osons pas qu’elles sont difficiles » Sénèque.

 

Alexandra Colomé

 

*C’était le samedi 23 mai 2020, à 10h 30.

**Le groupe d’élus de Charles Campigna.