Hier soir, de 21h à 23h 15, avait lieu une séance publique du Conseil municipal de la commune d’Argelès-sur-Mer. Un Conseil qui était très attendu dans le climat ambiant actuel qui pèse dans la gestion communale depuis la condamnation du maire par le Tribunal Correctionnel de Perpignan à détruire une maison (ce qui a été fait hier matin) illégalement construite sur son terrain familial, au lieu-dit « La Cerigue ».

Sur les vingt-neuf membres du Conseil Municipal, 27 étaient physiquement présents. Parmi les deux absents, Guy ESCLOPé (PRG), conseiller régional, avait donné son pouvoir, précisant que s’il avait été présent, il aurait voté contre. Tous les votes ont eu lieu à bulletins secrets, à la demande (présentée par Isabelle MORESCHI – adjointe chargée du Commerce) des élu.e.s.

Parmi les divers dossiers inscrits à l’ordre du jour, six d’entre eux concernaient le Compte Administratif (CA) de la Ville.

Si le volet « Budget » a été validé à une très courte majorité – 12 voix pour, 11 voix contre et 4 abstentions – en revanche les autres volets de ce CA ont tous été rejetés, alors même que, jusqu’à présent, le maire, Antoine PARRA (PS), était logiquement assis sur une confortable majorité municipale (de gauche) !

Les cinq autres rapports présentés du CA rejetés sont : l’Aménagement du secteur Charlemagne (13 voix contre, 12 pour et 2 abstentions) ; Négoubous (13 voix contre, 12 pour et 2 abstentions) ; Lotissement Taxo (13 voix contre, 12 pour et 2 abstentions) ; Le Port (13 voix contre, 12 pour et 2 abstentions) ; Le Camping municipal Le Roussillonnais (14 voix contre, 11 pour et 2 abstentions).

C’est une véritable douche froide à laquelle a eu droit le maire Antoine PARRA, publiquement largué par la moitié de son équipe municipale, car hormis le Budget (adopté de justesse, d’1 voix), tous les autre rapports du Compte Administratif ont été rejetés.

A l’issue de ce vote désastreux pour sa personne, Antoine PARRA n’a fait aucun commentaire, déclarant simplement « constater les résultats, il y aura lieu d’y réfléchir »…

Mais pour les dissidents, qui deviennent de plus en plus encombrants au fil des jours, c’est déjà tout réfléchi : « Antoine PARRA doit partir. Le message d’hier soir envoyé par une partie de son équipe est clair. S’il lui reste encore une once d’honneur, il sait maintenant de manière officielle ce qu’il doit faire. Se maintenir, s’accrocher au pouvoir, risquerait de ternir gravement l’image le la commune, qui en a déjà pris un sacré coup. A quelques jours de la tenue du festival Les Déferlantes d’Argelès-sur-Mer se serait un entêtement suicidaire. Que vont penser les artistes, les décideurs, les élus venus d’ailleurs de cette situation ? Déjà, dans les médias, l’affaire fait beaucoup plus de bruits que les décibels annoncés des artistes qui doivent se produire sur la scène de Valmy. C’est très inquiétant ».

 

Conférence de Presse :

« La majorité des élus socialistes, communistes et apparentés du Conseil Municipal, vous invite à une conférence de presse le vendredi 29 juin à 11h30 Salle des Mariages, en mairie à Argelès sur Mer.

Ordre du jour de la conférence:
Explications sur nos votes, lors de la séance du Conseil Municipal du jeudi 28 juin 2018
Présentation d’un courrier au maire, Antoine Parra, lui demandant de démissionner.
Lecture d’une lettre ouverte aux Argelésiens ».