On ne vous a pas tout dit sur le dernier conseil municipal d’Argelès-sur-Mer qui a eu lieu le 28 février dernier (faute de quorum à la date initialement prévue le 21 février)…
Pour mémoire Antoine PARRA (PS), l’encore maire n’avait pas été capable de motiver tous ses « amis » à y assister. La présence à ses côtés des deux élus de la vieille droite n’avait pas suffit pour obtenir le quorum.
Des élus qui n’acceptent pas que ce maire-là demeure en poste, parce qu’il est sous le coup d’une condamnation, avaient donc quitté la séance en constatant cette pitoyable situation.
Avec eux, un autre conseiller municipal Jean-Marie GAUVIN, élu sur la liste menée en 2014 par Richard HANANA, avait aussi choisi de quitter cette pseudo séance publique du conseil municipal.
Il a été accompagné par une bordée d’insultes et d’injures proférées plus particulièrement par deux conseillères municipales fans d’Antoine PARRA, Mmes PICOT-REMEIRINGER et ROCA.
Avec dignité Jean-Marie GAUVIN n’y a pas répondu.
Mais il a souhaité prendre la parole le 28 février, au conseil municipal suivant donc.
Après un premier refus, l’intéri-maire PARRA a dû lui donner la parole en fin de séance… comme la loi l’y oblige.
Avec calme Jean-Marie GAUVIN a rappelé qu’il avait été « élu comme chacun des autres conseillers municipaux sur une liste indépendante » et qu’il entendait « demeurer libre de ses décisions ».
Il a regretté avoir été « l’objet d’insultes provenant de deux conseillères municipales » (citées ci-dessus).
Devinez ce qu’il advint : sans présenter la moindre excuse au nom de ses deux protégées, Antoine PARRA a immédiatement levé la séance…

Depuis plusieurs mois il y a le feu à la mairie d’Argelès-sur-Mer, rien ne va plus mais l’interi-maire PARRA se rassure en pensant éteindre l’incendie en soutenant le métier de sapeurs-pompiers, politiquement s’entend, via des communiqués dans la presse… Tout va très bien, tout va très bien !