Réponse au maire d’Argelès-sur-Mer, Antoine PARRA

 

« NON, on ne s’amuse pas avec la mairie d’Argelès ! NON, on ne profite pas de la mairie d’Argelès !

Sur votre « blog », à propos du report d’une semaine du dernier conseil municipal, VOUS MENTEZ !
Monsieur le maire vous confondez et l’effet et la cause !

Vous écrivez, « la malveillance du groupe de dissidents »:
Nous serions les méchants, parce que nous sommes dissidents ?
OUI, nous sommes dissidents, nous avons une divergence d’opinion sur vous : L’EXEMPLARITÉ d’un maire, ça compte pour nous !

Vous mentez : « La séance aurait dû se dérouler en toute cordialité » !
Vous osez parler de « cordialité », alors que vous refusez de nous prêter une salle municipale, pour nous réunir, sauf à en acquitter la somme de 656 € pour deux heures à la salle Buisson.

Vous falsifiez la vérité : « ces élus oisifs » !
Vous osez nous traiter de « oisifs » alors que vous n’avez jamais répondu aux courriers que nous vous avons adressés. Nous vous demandions notamment comment faire afin de travailler avec vous et les services municipaux concernés. Nous vous rappelons que depuis juin 2018 vous ne nous avez plus jamais conviés aux réunions hebdomadaires du bureau municipal dont le rôle est l’organisation du fonctionnement de la commune. De même vous nous avez exclus depuis cette date des réunions de préparation des conseils municipaux.

Vous vous moquez des Argelèsiens !
Vous osez écrire « ce groupe minoritaire des dissidents de l’ancienne majorité »
Si ancienne majorité il y a, il y en aurait donc une nouvelle, vous, et, vos « fidèles » comparses, associés avec l’Opposition de 2014.
Les 57% d’Argelèsiens qui ont voté pour nous l’ancienne majorité, dès le premier tour des élections municipales de 2014, seront contents de connaître vos nouveaux associés !
Malgré la présence de vos nouveaux amis, vous n’avez pas eu le quorum le jeudi 21 février; et, il en était déjà ainsi lors de la séance du conseil municipal du jeudi 24 janvier 2019.

Votre suffisance n’a pas de limite ! « mépris des Argelèsiennes et des Argelèsiens » ?
Nous serions méprisants pour avoir reporté le conseil d’une semaine, mais alors que dire de vous, qui avez reporté celui du 17 janvier d’une semaine, sans donner aucune explication.
Quant à celui du 21 février, s’il a été reporté c’est de votre entière responsabilité. Si vos amis conseillers municipaux avaient été présents il aurait eu lieu.

Le summum ! vous osez écrire «des élus tenants d’une politique appartenant à un temps révolu, donnent un exemple pathétique »
En écrivant cela, vous pensez faire oublier l’exemple pitoyable que vous avez donné, obligé par un tribunal correctionnel, à détruire un gîte illégalement construit, dans lequel vous habitiez illégalement, ainsi que la piscine tout aussi illégalement construite.
Par votre faute, toutes les Argelèsiennes et tous les Argelèsiens ont été montrés du doigt. Mais au fait ,où en est le recours que vous nous aviez annoncé contre la décision du Tribunal Correctionnel de Perpignan concernant cette affaire ?

Mais, laissons la conclusion à un Argelésien, sur votre Page Facebook, ce commentaire résume bien la situation : « cette guéguerre n’est pas du fait de vos opposants, mais a bien son origine de votre côté. Vous devriez quand même le reconnaître une bonne fois pour toutes et… agir en conséquence. »
« En clair, votre démission serait l’issue la plus acceptable et la moins pénalisante pour notre commune, afin de redonner sa dignité institutionnelle à Argelès-sur-Mer ».

 

Les élus : Marina PARRA-JOLY, Agnès ROQUE, Sylviane FAVIER, Cathy FLOUTTARD, Jean-Patrice GAUTIER, Marc SÉVERAC, Renaud BOISVERT, Danilo PILLON, Pierre AYLAGAS.