Pour avoir osé dire tout haut ce que beaucoup pensent tout bas : Charles CAMPIGNA, ancien adjoint délégué à  l’Agriculture et aux Sports auprès de Jean CARRèRE puis de Pierre AYLAGAS, alors maires d’Argelès-sur-Mer, vient d’être exclu du Parti socialiste pour une durée d’un an… Qui couvre donc la période électorale de la présidentielle (mais à notre humble connaissance Charles CAMPIGNA n’avait pas d’ambition de ce côté là) et des élections législatives (là c’est une autre paire de manches).

Charles CAMPIGNA avait osé s’opposer à la succession de Pierre AYLAGAS (PS) en tant que maire d’Argelès-sur-Mer qui, le 1er avril dernier a laissé son fauteuil à l’un de ses plus fidèles lieutenants et accessoirement son attaché parlementaire, Antoine PARRA, instituteur en pré-retraite.

Depuis des mois Charles CAMPIGNA s’oppose à ce choix, au sein des instances locales du parti socialiste mais également publiquement, soulignant « l’aspect anti-démocratique de cette décision puisque PARRA n’a jamais été désigné par le peuple en tant que maire, les Argelésiens ont choisi AYLAGAS ! », et dénonçant « un autoritarisme exécrable et dangereux, bien loin des idéaux et des valeurs prônés par le PS »… En guise de réponse, le PS a tout simplement décidé de se placer de l’autre côté du miroir et de sanctionner Charles CAMPIGNA. Comme on vous l’écrit.

Les militants socialistes de Albères et de la Côte apprécieront. Car eux n’ont pas oublié le rôle joué pendant des décennies par Charles CAMPIGNA pour redynamiser localement le parti.