-« Je suis très surpris d’apprendre aujourd’hui dans vos colonnes le départ de Cap d’Ona qui quitterait le territoire de la commune d’Argelès-sur-Mer. Je suis d’autant plus inquiet de cette éventualité, car il s’agit bien du numéro Un de l’agroalimentaire sur notre commune d’Argelès-sur-Mer.
Si l’information s’avérait exacte, ce serait alors une immense déception alors que nous savions déjà que la commune de Saint-Cyprien parlait de viabiliser des terrains agricoles pour justement les accueillir.
Une déception alors qu’il fallait réagir vite, que nous avions prévenu, car nous savions tous que les courtisans ne manquaient plus ! De là à imaginer que la proposition la plus attractive viendrait de Perpignan, personne ne l’avait envisagé.

Donc j’espère que la municipalité d’Argelès va créer sa cellule de crise pour réagir, car si ça devait être le cas ce départ serait une déception sans précédent pour ceux qui comme moi se sont investis dans des soutiens indéfectibles.
Il s’agirait d’une déception, d’autant que l’on parle bien d’une pépite « d’un orfèvre de la bière, meilleur Brasseur d’Occitanie reconnu meilleur Brasseur au Monde ! ».

Je ne connais pas vos sources, mais si cela se confirmaient, une fois de plus: « ça démontrerait la continuité d’une apathie de la politique locale ! ».
Un manque de conscience et un désintérêt évident, alors que ce départ aurait dû être évité.
D’autant que sur la même commune il se rajoute à d’autres déficits d’attractivité touristique, et cerise dans la bière : « la même année que le départ regretté des Aigles de Valmy, alors que personne n’avait rien fait en propositions décentes pour les reloger sur un territoire proche ».

Cette apathique, ce manque d’intérêt émotionnel, social, spirituel, philosophique, s’accompagnera automatiquement d’autres catastrophes économiques. Il s’agirait bien là, d’un manque de vision qui devrait contraindre les socioprofessionnels à réagir.
En seront-ils capables ?
Combien d’années faudra-t-il attendre, voir s’écouler, pour retrouver un tel joyau inscrit dans le top 10 des entreprises agroalimentaires des P-O ?
D’autant qu’il s’agit de LA pépite unique en France dans sa catégorie « donc il s’agirait bien d’une catastrophe sans précédent pour tout l’écosystème argelésien, pour la Communauté de Communes et l’OTI Pyrénées-Méditerranée ! J’ose encore espérer qu’il s’agit d’un faux départ…»

Hubert Levaufre
Vice-président représentant socioprofessionnel
OTI Py Med
Dirigeant du Parc Pédagogique
Ferme de Découverte Saint-André