Vu sur le Facebook de la Mairie :

 

« À NOUS LA MÉMOIRE, À EUX L’IMMORTALITÉ »

 

Ce mardi 30 octobre, le Comité du Souvenir Français d’Argelès-sur-Mer a organisé la cérémonie d’hommage aux morts pour la France, en présence de trois membres de mon équipe :
Frédéric DONNET, conseiller municipal délégué à la Citoyenneté, à la Prévention de la délinquance et aux Associations patriotiques.
Anne FUENTES, conseillère municipale chargée de l’Agriculture.
Antoine CASANOVAS, conseiller municipal délégué à l’Environnement et à la Sécurité.
Des dépôts de gerbes ont été effectués à la stèle du Souvenir français (proche de la Massane), au mémorial aux martyrs de la Résistance et de la Déportation (au cimetière), puis à la stèle des Évadés de France (route de Collioure).
Ces moments de recueillement empreints de respect perpétuent la mémoire de ceux qui ont donné leur vie à la liberté.

 

 

Etonnamment, il faut savoir que :

A cette cérémonie – trois dépôts de gerbes devant les stèles disposées en trois lieux différents – il y avait comme élus en plus des trois précédemment cités : Pierre AYLAGAS (PS) et Brigitte De CAPèLE (LR/ Les Républicains) qui ne sont bien évidemment pas cités… certes, ces deux élus ne font pas partie de « l’équipe » proprement dite du maire, mais tout de même, dans ces moments-là de souvenirs et de mémoire, la tradition républicaine impose un minimum de valeurs, de solidarité et d’égalité notamment.
Antoine PARRA était absent, cependant l’article, tel qu’il est rédigé, laisse à penser qu’il était lui aussi présent. Il pourrait en tout cas prêter à confusion. Alors qu’il était devant, l’ancien député-maire d’Argelès-sur-Mer, président de la communauté de communes Albères-Côte Vermeille-Illibéris, Pierre AYLAGAS, est absent dans le texte et sur toutes les photos, alors qu’il était lui bien présent… contrairement à son successeur.
Voilà une cérémonie, un temps fort, qui doit permettre de rassembler le plus grand nombre (sans exclusive !) comme dans les tranchées de la Grande guerre de 1914/18. A Argelès-sur-Mer, au contraire, le maire semble préférer l’oubli. Vous l’aurez compris, désormais : qu’il s’agisse des réseaux sociaux émanant de la Ville ou de n’importe quelle propagande tel que le bulletin municipal « Granotes », tout doit se faire à la gloire de Monsieur PARRA ; circulez et en Majuscules s’il vous plaît ! C’est bien connu : « Quand vient la gloire, s’en va la mémoire »… D’un petit combat la gloire n’est jamais grande.