Hier à Sérignan, dans le département de l’Hérault, où se réunissait le conseil d’administration du Parlement de la Mer, a été mis en place le Bureau du Parlement de la Mer, lequel concerne l’ensemble des ports situés sur le littoral de la vaste Région Occitanie/ Pyrénées Méditerranée (@Facebook).

 

Traditionnellement, à l’issue de cette installation, une photo de famille réunit autour du président, l’Audois Didier Codorniou* en l’occurrence, les membres de cette structure

 

Or, cette année, quid d’Antoine Parra, le maire d’Argelès-sur-Mer et pourtant très influent président de la communauté de communes Albères- Côte Vermeille – Illibéris (CC-ACVI) ! En effet, l’élu n’apparait nulle part sur la photo.

Explications : sa candidature n’a pas été retenue pour intégrer le fameux Bureau du Parlement de la Mer, dont il faisait partie pourtant jusqu’à présent. Why ? Mystère. Car selon un membre dudit Bureau, « le maire d’Argelès aurait fait des pieds et des mains pour en faire partie à nouveau (…) ». Un autre membre confirme que « oui Antoine Parra a fait un lobbying de fou, tellement il espérait réintégrer le Bureau »

Nous n’avons pas réussi à savoir les raisons exactes de son éviction, mais à l’évidence c’est un coup dur pour le maire d’Argelès-sur-Mer et, surtout, pour la représentativité de la CC-ACVI dans une instance maritime essentielle. Fort heureusement, c’est un autre Catalan, de Saint-Cyprien, Serge Pallares**, qui a été désigné à la 1re vice-présidence de ce Parlement de la Mer, lequel à n’en pas douter, au regard de ses diverses compétences et de son réseau professionnel, saura à coup sûr avec talent et brio représenter et défendre les intérêts du littoral roussillonnais. Ouf !

 

L.M.

 

*Didier Codiornou, maire de Gruissan (Aude), 1er vice-président du conseil régional d’Occitanie.

** Aux côtés du Cyprianenc Serge Pallares, Jean-Michel Solé, maire de Banyuls-sur-Mer, siège également au sein du conseil d’administration du Parlement de la Mer.