Contre l’annexion occitane, pour l’avenir des Pyrénées-Orientales, cent personnes, dont des élus municipaux de la côte, ont assisté à la réunion citoyenne des souverainistes « Oui au Pays Catalan », hier lundi 30 janvier, salle F. Buisson, à Argelès-sur-Mer. Plusieurs présents ont adhéré au  mouvement. Georges FRANCES, Joaquín FERNANDEZ, Jean-Luc PUJOL et Jordi VERA étaient les organisateurs de ce rendez-vous.
Georges Francès a abordé l’élan politique du mouvement, « le réveil de la fibre catalane et le délaissement du territoire par ses élus ». Les dangers de la future Zone d’Aménagement Différé (ZAD) d’Argelès-sur-Mer et du Plan Local d’Urbanisme de Collioure ont complété son intervention.
Joaquín Fernandez a consacré son propos aux stratégies pour l’emploi, Jordi Vera a souligné le recul général Pays Catalan et la nécessité de compétences accrues.
Jean-Luc Pujol, vigneron, maire de Fourques et ex-conseiller régional, a évoqué les propositions économiques (notamment agricoles), institutionnelles et culturelles de « Oui au Pays Catalan »
Cri d’alarme du président de la Cave coopérative
Gérard DEMONTE, président de la Coopérative d’Argelès, a alerté l’auditoire de la création de la ZAD et de 1 500 logements sur le territoire communal : « Ces aménagements détruiront 13 hectares de vignes rattachées à l’AOP Côtes du Roussillon, Muscat de Rivesaltes et Rivesaltes, dont 10 hectares alimentant la cave Coopérative. Un hectare d’oliviers et un autre de chêne truffiers, ainsi qu’une cave particulière rattachée à 2,27 hectares, sont également visés. L’inquiétude est grande, car 33 emplois directs sont visés ».
Quelles solutions ? La mairie et la Communauté des Communes (CC) Albères/ Côte Vermeille/ Illibéris, présidée par le député socialiste Pierre AYLAGAS, doivent acquérir les terrains et locaux vacants, sur la ZAD actuelle. La CC possède déjà 30 hectares disponibles et la commune de Saint-André dispose de friches jouxtant Argelès : « Ne sacrifions pas les terres hautement fertiles, complétons cette ZAD et utilisons les friches ! ».