Antoine Parra, président de la communauté de communes Albères-Côte Vermeille-Illibéris (CC-ACVI), par ailleurs maire d’Argelès-sur-Mer, fait marche arrière sous la pression sundicale et laisse les éboueurs distribuer les calendriers sur tout le territoire. Ils lèvent donc la grève qui devait débuter ce mardi 23 novembre 2021

 

Ouf ! Les éboueurs sont finalement passés (ce matin, aux alentours de 10H, avenue des Corbières à Argelès-plage).

 

Cette décision laisse quelque peu perplexe les élus du territoire : « Comment, après que le président de la CC-ACVI nous a expliqué qu’ils n’avaient pas le droit, aujourd’hui dit-il le contraire ? », s’indignent certains délégués communautaires.
A entendre ces derniers, il semblerait qu’il n’y ait pas de concertation, ni de dialogue et ni d’écoute de la part del Presidente, ni avec le personnel ni avec les élus… Le quotidien, d’ailleurs, dans certains services communautaires et municipaux sous le joug d’Antoine Parra, dégage un fort et inquiétant ressenti d’un profond malaise à ce sujet.

Quand Antoine Parra se décidera-t-il enfin (enfin), à faire de la Communication, tout simplement à communiquer en toute transparence, vis à vis de tous les citoyens sans exception ? Il est grand temps – et il aurait tout à y gagner – qu’il se libère de la tribu de gens redevables, des nuisibles à ses côtés, lesquels par ricochet l’ont corseté au point de l’assujettir pour mieux préserver leurs intérêts particuliers…

Dommage.

 

L.M.