Coeur de la Nouvelle Vague ! L’emblème de l’établissement. Tout le long de la journée, cette sculpture insolite, importée par le décidément très original Julien Gallos, est mitraillée de selfies qui projettent l’endroit dans le monde entier. Une sacrée pub !

 

Accostez ! C’est ici, vous y êtes. Vous êtes arrivé. Vous êtes à la bonne adresse de votre été en Roussillon, à la Nouvelle Vague. Jetez l’ancre !

 

Une coupe de champagne, une palette de bleus pour unique horizon… elle est pas belle la Vie !?…

 

Si vous êtes un amateur de campagne et de montagne, d’authenticité et de patrimoine, de couleurs et de saveurs, à vélo ou au fil de l’eau, le « 66 » est à vous ! Entre Méditerranée et Pyrénées, vous n’aurez que l’embarras du choix pour vivre vos vacances pleinement, pour croquer la nature dans tous ses éclats…

N’hésitez surtout pas à vous aventurer hors des sentiers battus, par la tramontane ou les réseaux sociaux. Au détour d’une envie, gourmande par exemple, vous y découvrirez des pépites, comme ce restaurant-club de la Nouvelle Vague, posé sur le sable, plage Nord de la station balnéaire Argelès-sur-Mer : dépaysement total assuré !

-Il y a là l’hébergement, à la journée, sur des transats ou d’épais matelas, sous des parasols stylisés, au milieu d’une déco qui vous plonge dans un autre continent, du côté de l’Inde ou des Caraïbes, selon la température ambiante du moment, de votre moment ;

 

Une partie de la formidable équipe de la Nouvelle Vague au comptoir du kiosque à cocktails, emmenée par Juju (sur la photo à gauche).

 

-Il y a là l’accueil, avec une équipe formidable, sympathique et surtout très professionnelle – managée par Thomas Gonnot qui a plus particulièrement la responsabilité du secteur beach club, et qui est issu du lycée hôtelier Christian-Bourquin d’Argelès-sur-Mer -. Depuis le bar jusqu’à la salle, en passant par le club de plage, où se prolonge le charme incomparable de cet endroit au bord de l’eau, la tête dans la sérénité, entre leurs mains (c’est une image) vous n’êtes plus un client quelconque, vous n’êtes plus un simple touriste, voire un passant qui passe… vous êtes l’invité, traité comme une célébrité (pas inconnue), en tout cas on se sent bien, merveilleusement bien, autrement, différent ;

 

Sur la droite, Leila Ortiz, la Cheffe de cuisine, avec sa belle brigade : Amina Kourbanova, seconde de cuisine et Cheffe de partie, Kenza et Nathalia, commis de cuisine.

 

-Il y a là la table, la cuisine et les cuisines, où quatre jeunes femmes – sous la houlette de l’adorable et talentueuse Cheffe Leila Ortiz, une perle issue également du lycée hôtelier Christian-Bouquin d’Argelès-sur-Mer – sortent le grand jeu pour (nous) mitonner de bons petits plats de saison, raffinés, jonglant de préférence à chaque fois que cela est possible avec des ingrédients et des produits exclusivement issus du terroir roussillonnais.

 

Noix de Saint-Jacques juste planchées sur son lit de fondue de poireaux, au beurre, émulsion crémeuse et acidulée… Simple et sublime à la fois !

Côté dessert, n’oubliez pas « LA » tarte fine aux fraises ! Elle est un incontournable de cet été 22 à la Nouvelle Vague, classique mais culte.

 

Julien Gallos, « Juju » pour tout le monde, le fondateur avant-gardiste de la Nouvelle Vague, a donné carte blanche à Leila afin que celle-ci laisse libre cours à son imagination. Le résultat est bluffant. On ne peut que tomber en admiration. Cette Leila ira très loin, nous en prenons les paris dès à présent. L’ambiance totalement et uniquement féminine qui règne devant les fourneaux de la Nouvelle Vague, n’est certainement pas étrangère à cette belle aventure que l’ont peut qualifier de « gastronomique », sans se tromper.

Un défi voulu et osé par Juju, sorte d’été 22 culinaire en contre-plongée, car il a souhaité – et réussi -, mettre nos sens toutes voiles dehors, avec de très agréables surprises au palais !

 

L.M.