« La gastronomie pour booster le tourisme, l’agriculture, la viticulture, la culture, le nautisme…

Le restaurant L’Almandin, situé à Saint-Cyprien, vient d’être récompensé par une étoile dans l’édition 2018 du célèbre Guide gastronomique Michelin. L’établissement vient renforcer un palmarès local où les chefs prodigues et inventifs ne manquent pas : à Banyuls-sur-Mer, à Bélesta, à Collioure, à Montner… et, bien sûr, à Perpignan.
C’est l’occasion, ici, de rappeler une certaine identité de la cuisine catalane, à cheval sur la chaîne des Pyrénées, entre « mar i muntanya », riche de ses terroirs, par-dessus rivières et ruisseaux, une « cuisine-mosaïque », tellement ses saveurs sont colorées à l’infini. Cette cuisine, dans ses fondations, sur ses bases, continue d’influencer toute une génération de chefs-cuisiniers, portée entre autre par l’association Les Toques Blanches du Roussillon, avec le talent et les succès que l’on sait.
Derrière L’Almandin, il y a une famille, les Lormand. On ne les présente plus, tellement, côté hôtellerie-restauration, leur nom est associé à de belles réussites, dans le département des P-O – à Canet-en-Roussillon, Saint-Cyprien, Argelès-sur-Mer et Collioure – mais également ailleurs, sur les bords de la Méditerranée, comme à Sète dans l’Hérault. Une douzaine d’établissements au total. Jacqueline et Guy Lormand ont créé la chaîne hôtelière « Roussill’Hôtels » dans les années 70-80. L’entreprise emploie au total en haute saison estivale plus d’un demi-millier de personnes… et plus de 300 en permanence.
Il n’y a pas d’autre exemple d’une telle réussite familiale dans le secteur de la restauration sur tout le territoire de la Grande Région Occitanie/ Pyrénées-Méditerranée, de Toulouse (d’où Guy Lormand est originaire) à Montpellier, des Pyrénées à la Camargue et de l’Aubrac à la Méditerranée. Aujourd’hui, ce sont les quatre enfants de Jacqueline et Guy Lormand qui sont aux commandes de cet « empire ». Dans les cuisines de L’Almandin, c’est le chef Christophe Schmitt qui fait briller l’établissement dans le firmament culinaire roussillonnais dessiné par la Bible rouge de la gastronomie.
La Gastronomie permet de réconcilier la ruralité et la métropolisation de notre territoire, en les faisant s’asseoir à la même table, celle du tourisme. C’est cette cuisine, qu’elle soit moderne ou classique, traditionnelle ou innovante, osée ou facile, qui permet à nos produits agricoles et viticoles de s’imposer, de s’adapter, de fleurir notre développement à partir d’atouts géographiques et humains incontestables. C’est bien dans ces terroirs que poussent nos racines et nos ambitions : Agly, Albères, Aspres, Cerdagne, Conflent, Fenouillèdes, Littoral, Salanque, Vallespir… Dans tous ces lieux, des métiers et des hommes participent intensément à la promotion et à l’attractivité de notre territoire.
Les visiteurs, qui sont de plus en nombreux à venir séjourner chez nous, le temps des vacances ou pour des périodes prolongées, ne se contentent pas de mettre les pieds sous la table pour passer un grand moment. Ils profitent de l’étape pour visiter des bâtiments à l’architecture marquante, pour se rendre à des concerts, à des spectacles ou à des expositions, pour déguster nos vins, pour s’adonner à des randonnées époustouflantes… ou pour venir depuis le bout du monde récupérer un catamaran chez Catana à Canet-en-Roussillon !
La nouvelle étoile magique attribuée à la cuisine de l’Almandin par LE Michelin vient récompenser toute une profession, tout un territoire, le notre, dont nombre de professionnels subliment l’harmonie au quotidien, j’en suis intimement convaincu ».