Plage Nord, Argelès-sur-Mer. Entre Méditerranée et forêt de pins vient de s’ouvrir un restaurant de plage – « Nouvelle Vague » – dont les seules ambitions commerciales, déjà, constituent un défi : un rêve de milliardaire dans la plus populaire des stations balnéaires du littoral catalan, sous le soleil du Roussillon exactement. Localement, c’est une Révolution ! Car si un tel endroit pourrait être banal sur les plages de Saint-Cyprien, Canet et Torreilles, ici il fallait faire preuve de beaucoup d’imagination, de détermination, de passion, et de courage aussi, pour l’imposer face à des « professionnels de la profession » qui ont plutôt la dent dure contre tout ce qui est neuf, nouveau et intéressant.

Jamais, jusqu’ici, un tel pari n’avait été osé sur le sable de la capitale européenne de l’hôtellerie de plein air – par le nombre de ses campings (et non la capacité d’accueil de ceux-ci) développant quelque 17 000 emplacements – à savoir proposer un coin de paradis, avec une cuisine innovante, un mobilier de plage design, le tout dans un cadre naturellement magique.

Sur cette Côte Vermeille, les établissements en front de mer jouissant d’une situation littorale exceptionnelle, se comptent sur les doigts d’une main : le Casot, à Collioure, le SoléMio, à Paulilles (Port-Vendres)… et désormais la Nouvelle Vague, à Argelès-Plage Nord.

D’entrée, d’emblée, le coup de coeur est assuré. Il suffit d’ouvrir les yeux pour se convaincre, à l’orée de l’établissement, que la journée va être magique.

A l’intérieur, pas l’ombre d’un défaut, rien n’a été oublié, aucun détail n’a été négligé : transats, palmiers, parasols, le gris des matelas et des coussins qui s’accommode parfaitement au blanc environnemental, le coin snacking, etc.-etc., jusqu’aux verres de plage réutilisables en polycarbonate, incassables of course !, qui sont les stars de la nouvelle collection estivale d’Ikéa.

La terrasse est bien évidemment panoramique, avec pour seul point de rupture pour notre vision l’horizon où la Grande Bleue s’enlace dans le ciel. Points de vue & images de la Méditerranée. La salle de restaurant est « en verre », sorte de bulle protectrice dont les baies s’effacent dès que la Tramontane déguerpit.

L’autre atout stratégique, géographique de la « Nouvelle Vague », c’est de se situer à proximité de tout et, à la fois, loin, très loin de la déferlante des décibels et de l’agitation assourdissants des allées piétonnes d’Argelès-plage.

Le meilleur pour la fin, pour la bouche bien évidemment : la « Nouvelle Vague », avant d’être un club de plage, c’est un restaurant de plage, avec un jeune cuistot, Laurent Cantos (solidement épaulé par Laurent Gervais), qui veut cuisiner comme un chef étoilé. Sa sincérité professionnelle débouche sur une cuisine raffinée dans laquelle la Méditerranée explose de ses nombreuses saveurs : le Pavé de thon mi-cuit grillé à la planxa et sa sauce miel soja (21€), le Croustillant de gambas au basilic (19,90€), la Parillade de la mer 28€), le Méli-Mélo d’encornets et seiches à la planxa (19€)… ainsi que quelques viandes très bien cuisinées : les Banderillas de poulet panés au sésame (16€), le Tartare de boeuf taillé au couteau et préparé par Laurent Cantos himself (17€), l’Entrecôte simental de 300 grammes (21€).

Pour animer cette « principauté de l’élégance, du Bien-Etre et de la gourmandise », c’est à la belle Jess qu’ont été confiées les manettes, tandis que deux bogosses aux tablettes de chocolat qui n’ont rien à envier au maître chocolatier Lindt & Sprüngli (!) sévissent en salle (Cédric) et sur la plage (David).

Mais derrière tout ça, il y a un précieux duo que les décideurs et autres décisionnaires locaux finiront bien un jour par couronner, tellement leur succes story argelésienne est précieuse et mondialement (re)connue : Jean-Philippe Sarrat et Julien Gallos, auxquels l’économie touristique doit, notamment, le concept du Carnaval Café.

C’est d’ailleurs après avoir rodé ses ambitions sur les plages saint-barthélémiennes, thaïlandaises, indonésiennes et tropéziennes, entr’autres, que notre Juju national (Julien Gallos sur sa carte d’identité et son passeport seulement) nous ouvre ce lieu pour l’ancrage de nos vacances, où il est permis de lézarder les pieds dans l’eau. La « Nouvelle Vague », c’est une touche de la plage des Canoubiers (St-Trop’), un regard croisé posé quelque part entre Ajaccio et Bonifacio, l’ambiance de moments exclusifs… Il ne manque plus qu’un Spa pour des séances de rebuilding et des cours de yoga.

Et comme Juju ne fait jamais rien comme les autres : avec l’arrivée de l’été sur le calendrier, il ouvrira – en fanfare (c’est une image), fête de la Musique oblige – LA Boutique de la « Nouvelle Vague » ! Une autre occasion pour aller sabler le rosé (des vignerons du cru : Domaine Sol Payre, Puech Haut, Domaine Lafage-Miraflores, Cuvée des Peintres…) in situ.

 

L.M.

 

« Nouvelle Vague » : 120 couverts, 67 chaises longues, 4 « double bed » (lits grand format) pour farnienter exclusivement sous le soleil)… Pour déjeuner ou dîner (11h/ 15h 30 et 19h/ 22h 30), réservations obligatoires (au 06 46 69 03 28/ Jess).