Julien GALLOS, dit « Juju », il a révolutionné le secteur économique des clubs de plage sur la Côte Vermeille, par un style unique, à partir : d’une gastronomie rafraîchissante basée sur les beaux jours, d’animations sur le sable audacieuses, d’un mobilier aux petits soins pour un grand confort, d’une ambiance musicale « meringuée »…

 

Régulièrement, dans ces colonnes, nous évoquons le club-restaurant de plage, la Nouvelle Vague, située plage-nord à Argelès-sur-Mer, face au centre commercial Costa Blanca (Qui abrite entre autres commerces de renommée le Code Bar et la discothèque le Pot-Chic).

Là, garez-vous sur le vaste parking (il y a toujours une place de disponible en cherchant bien), traversez le mini-bois de Pins, comme il en existe des dizaines sur le territoire de la commune), avancez sur le sable et posez vos pieds sur les planches qui vous conduiront directement à la Nouvelle Vague.

L’univers que vous y découvrirez alors ne manquera pas de vous séduire de la tête aux pieds, tellement vous allez immédiatement vous sentir bien, tout simplement. L’endroit est magique, c’est vrai. On y a une vue paradisiaque sur la chaîne des Pyrénées plongeant dans la Méditerranée. Le recul est spectaculaire, grandiose. On a l’impression que la montagne va dévorer la mer.

Et puis, et surtout, il y a cette atmosphère unique dégagée par ce club-restaurant de plage qui ne ressemble à aucun autre, depuis Cerbère jusqu’à Leucate et bien au-delà encore. Juju (pour Julien GALLOS), en gardien du temple, cofondateur (avec Jean-Philippe SARRAT l’Illibérien dit Jipé) de cette maison qui a su gagner, une à une, ses lettres de noblesse, ses galons, la confiance des autochtones et des touristes au point qu’en une poignée d’années nombre de clients sont devenus des amis, a su trouver la bonne recette pour, au cœur de la station balnéaire la plus populaire de la vaste région administrative Occitanie/ Pyrénées-Méditerranée, offrir un univers envoûtant.

Certes, ici, nous ne sommes pas à Lanzarote, ni à Java ni à Bali, nous ne sommes pas non plus à Formentera, ou quelque part dans l’archipel des îles du Cap-Vert, mais reconnaissons qu’il existe quelques plaisirs similaires, grâce, notamment, à un personnel accueillant, incroyablement attachant, pour vous faire passer un moment lancinant et joyeux à la fois, sur un rythme différent. C’est le secret de Juju qui a réussi à faire scintiller le sable (presque) blanc d’Argelès-sur-Mer comme sur les plages de Saint-Barth’… où notre Juju national a sévi professionnellement avec un vrai talent de créateur.

Rien, à la Nouvelle Vague, n’est le fruit du hasard. Si la cuisine s’apparente à celle d’un grand-chef, c’est que Florian VALLESPI (secondé par Lorenzo SUAREZ) a carte blanche devant les fourneaux pour « se réaliser », pour nous mitonner d’excellents petits plats digne de la carte d’un restaurant gastronomique.

Ce n’est pas un hasard également si l’on y croise une clientèle très haut-de-gamme : des Russes (propriétaires sur la Côte Rocheuse), des Ukrainiens, des Espagnols (Madrilènes en villégiature et Barcelonais de proximité), des Britanniques (habitués à nicher dans les Albères)… et, désormais, phénomène de mode oblige ?, de plus en plus de Perpignanais.

Il faut ajouter que Juju a su aussi bien structurer son équipe, que des bogosses : les plagistes Bastien LOPEZ(originaire de Banyuls-sur-Mer) et Thomas CASTELVI ; Guillermo RANGEL-MORENO dit « Piri », vient de Barcelone (il est complètement trilingue – français, castillan, catalan) ; Lucas ROAGNA, le manager, aucun détail ne lui échappe pour que votre séjour dans ce beach club se déroule le mieux du monde… Sans oublier la très sympathique Leila, toujours souriante, recrutée en qualité de stagiaire au sein du département « hôtellerie-restauration » du Lycée Christian-Bourquin d’Argelès-sur-Mer.

 

Bastien LOPEZ, le plagiste, Lucas ROAGNA, le manager, et Guillermo RANGEL-MORENO, le barman.