Avis aux sinistrés !

La mairie de Sorède fait savoir que « dans le cadre d’une procédure normale les sinistrés doivent déclarer les dégâts auprès de vos assureurs dans un délai de cinq jours à compter du sinistre. Dans le cadre de la demande de classement en zone de catastrophe naturelle, les sinistrés sont invités à se faire connaître en mairie. Les dégâts pris en considération sont ceux causés à des bien assurables (habitations et leur contenu, véhicules, frais de déblai, démolition, pompage, nettoyage, etc). L’état de catastrophe naturelle est constaté par arrêté interministériel. Chaque sinistré dispose alors de dix jours après la parution de l’arrêté au journal officiel pour en faire la déclaration à son assureur. Bien conserver les objets endommagés pour l’expertise de l’assurance, les factures, photos permettant d’attester l’existence et la valeur des biens… ».

– Pour plus de renseignements service-public.fr

Il est à noter que le maire de Sorède, Yves Porteix, présidera ce jeudi 1er décembre, à partir de 18 h 30, à la salle des fêtes communale, entouré d’élus et d’experts, une réunion d’information sur les inondations.

La commune vient de publier à ce sujet, dans sa lettre municipale d’information « El.Lledoner » (« Le micocoulier », le journal mensuel de Sorède), un reportage très intéressant concernant les intempéries qui ont frappé le territoire de la commune de Sorède, le 21 novembre 2011, témoignages et nombreuses photos à l’appui… « Et soudain, ce jour-là, des trombes d’eau s’abattent sur la commune de Sorède pendant le repas du midi. Il pleut déjà depuis plusieurs jours, la population est inquiète mais ne soupçonne pas le drame qui se déroule dans la vallée heureuse et aux abords de la rivière « le Tassio » qui gonfle à vue d’oeil. En quelques instants, les paisibles torrents de la montagne se transforment en grosses cascades arrachant arbres et entraînant les troncs dans la rivière. Au pont supérieur de la forge, l’énorme crue emporte la route. Sur son parcours, elle arrache tout sur son passage et envahit les habitations les plus exposées. Plusieurs voitures sont déplacées, les passerelles du village sont emportées alors que des falaises se laissent aller. Un véritable cauchemar qui marquera à jamais la vie de notre village (…) ».

Dans l’édito, le maire annonce que « les dégâts matériels, privés et publics, sont considérables (…). Heureusement, nous n’avons à déplorer aucun blessé. La priorité, lundi et mardi, fut de parer à l’urgence ; assurer la sécurité de la circulation, assurer la sécurité des riverains de la rivière. Je me félicite de la solidarité qui a joué, de l’efficacité des élus et agents communaux, de la communauté de communes Albères – Côte Vermeille, des pompiers et de l’entreprise SOL. Nous avons procédé ces deux journées aux travaux les plus urgents et je remercie tous les Sorédiens de leur patience, de leur compréhension et de leur solidarité (…) ».

Une première estimation fait état de plus d’ 1 million d’euros de dégâts.