C’est une déception amoureuse qui serait à l’origine de la fusillade de Rivesaltes qui, dans l’après-midi du jeudi 4 mars 2011, a coûté la vie à trois personnes : un retraité de 72 ans, Michel Raspaud, et deux employés municipaux à la voirie, Philippe et Jean-Luc, respectivement âgés de 36 et 42 ans.
Le geste fou de Joachim Toro, un ancien plombier âgé de 78 ans demeurant dans le centre du village, aurait été déclenché par une déception amoureuse. En effet, le septuagénaire venait d’apprendre que sa compagne, âgée de 30 ans, le quittait…
Selon les propos de Jean-Pierre Dreno, procureur de la République près le tribunal de grande instance de Perpignan, et rapportés par le site internet du quotidien régional La Dépêche-du-Midi : « Joachim Toro avait une liaison avec une jeune femme qui monnayait un peu ses charmes. Accompagnée d’une amie, elle est venue lui signifier la rupture en début d’après-midi (jeudi). Il a saisi son fusil et a tiré en direction des deux femmes qui s’enfuyaient en voiture. L’amie du septuagénaire a d’ailleurs été légèrement blessée aux bras (…) ».
L’auteur des coups de feu, toujours hospitalisé à Perpignan dans un état critique après avoir tenté de mettre fin à ses jours, n’était pas connu des services de gendarmerie. Il vivait en célibataire, était respecté pour sa joie de vivre ; malgré son âge avancé il exerçait encore à son propre rythme sa profession de plombier-chauffagiste.