Preuve supplémentaire du malaise commercial en centre-ville : on a appris hier que l’une des enseignes les plus mineuses perpignanaises, la brasserie « Café de la Paix », place Arago à Perpignan, situé pile poil face au Palais de justice, s’apprêterait à mettre en place un plan social « en raison de grandes difficultés financières ».

Véritable locomotive du centre-ville s’agissant de la restauration – au même titre que le « Café de Vienne » ou encore le « Café de La Poste » et le « Républic Café » – la fermeture de cet établissement constituerait indéniablement un revers historique dans le cadre de la redynamisation voulue par la Municipalité. Et ce d’autant que l’établissement se situe à deux pas du futur Musée d’Art Hyacinthe Rigaud qui doit lui ouvrir ses portes en juin prochain.

Aux commandes du « Café de la Paix » se trouvent les sympathiques et pourtant très efficaces frères Laurent et Nicolas ROMERO, par ailleurs à la tête de « l’Art’s Club » sur la colline des Loisirs à Canet-plage… Une telle dispersion des frangins dans leurs activités ne serait-elle pas à l’origine des difficultés de la gestion du « Café de La Paix » ?