« Je suis le président de l’association REVU Campus Mailly, dépeinte récemment sur votre média sous un fort mauvais jour.
Je tiens d’abord à vous informer que la plupart des informations divulguées par l’article en question sont erronées sinon des mensonges éhontés. Je vous rappelle que la charte déontologique des journalistes français insiste lourdement sur le devoir de vérification des faits avant la publication et la diffusion d’informations.
Il y a en effet eu un accrochage entre deux étudiants en fin de soirée pour des raisons personnelles. Seul l’un d’entre eux a été légèrement blessé (aucunes fractures comme déclaré dans l’article) et n’a nécessité aucune hospitalisation. La police n’a pas eu à intervenir, contrairement au titre de l’article. Quant à notre affiliation avec l’extrême droite, elle est absolument diffamatoire et ne repose sur aucun fondement, elle constitue simplement une attaque politique au vu des élections étudiantes à venir (…) ».

Vassily LORRE et l’association REVU Campus Mailly.

 

NOTE DE LA REDACTION (NDLR). Ouillade.eu s’est procuré les certificats médicaux des trois jeunes gens qui ont été blessés et qui souffrent de fractures diverses. Les médecins qui les ont examinés affirment sur ces certificats médicaux que : « ces lésions constatées ce jour – le 12 janvier 2018 – permettent de proposer une durée d’incapacité totale de travail (ITT) au sens pénal du terme de 3 jours à la date des faits sous réserve de complications et/ ou d’avis spécialisé ». 

Plusieurs témoignages concordants expliquent qu’une rixe a bien éclaté à 1h 20, dans la nuit du 11 au 12 janvier derniers dans le cadre d’une soirée étudiante organisée par l’association REVU. « Deux étudiants blessés, deux fractures du nez dont l’une entraînant 3 jours d’ITT, et l’autre 1 jour, suite à une perte de conscience de l’étudiant, ces deux-là s’étant rendus à l’hôpital ». Nous publions d’ailleurs ci-dessous l’un des trois certificats médicaux que nous nous sommes procurés auprès des blessés. 

Les forces de l’ordre ont effectivement été contactées à 1h 26 du matin et ont déclaré à l’appelant « une intervention immédiate », les étudiants étant partis après la rixe…

A la lueur des témoignages et preuves rassemblés par la rédaction de Ouillade.eu, vous seriez mieux inspiré, jeune homme, et à fortiori en tant qu’organisateur, de présenter des excuses (nous sommes prêts à les publier ici) aux victimes, plutôt qu’à chercher à (les) dénigrer.