Et voilà comment on passe de la rubrique « Société » à celle des « Faits-divers » : les Gilets jaunes qui ont participé ce samedi 19 janvier 2019, dans le rond-point dit « du Cadran Solaire », situé entre Perpignan et Rivesaltes, à l’acte de vandalisme qui a consisté, à partir de pneumatiques, à mettre le feu à l’œuvre de l’artiste Marc-André 2 Figueres, ne font pas honneur au mouvement social en marche depuis le 17 novembre dernier. Loin s’en faut !
En agissant de la sorte, ces Gilets jaunes apportent de l’eau au moulin de celles et ceux qui les qualifient de « casseurs » et de « voyous », ils discréditent totalement le mouvement et ne font que le rendre impopulaire dans l’opinion publique.

Bref, hier à Perpignan, les Gilets jaunes installés dans le rond-point du Cadran solaire qui sont à l’origine de cette destruction, se sont tirés une balle dans le pied (et les forces de l’ordre n’y sont pour rien !).
En milieu d’après-midi, on apprenait que le préfet des Pyrénées-Orientales, Philippe CHOPIN, a pris un arrêté de péril pour justifier la fermeture du giratoire (la flèche monumentale menace de s’écrouler)… Seul l’accès côté gauche, pour aller sur l’autoroute A9, est praticable. Autant dire que dans les jours qui viennent, à partir d’aujourd’hui, la circulation in situ va être très compliquée : un bordel monstre en perspective !

 

Ci-dessous, des Gilet jaunes pacifistes découvrent médusés les dégâts…