Communiqué de presse.

 

« Les éléments se sont déchaînés en Gironde et en Charente. Ce début d’après-midi de samedi a connu un violent orage de grêle qui a occasionné de terribles dégâts dans les vignobles du Médoc, des Côtes de Bourg et du Blayais. Les Charentes ne sont pas épargnées. De Janzac à Rouillac, c’est la même désolation.
Nous apportons tout notre soutien, en tant qu’organisation syndicale, à tous ces viticulteurs qui ont perdu, une fois de plus, leur récolte.
Nous sommes solidaires d’autant plus que nous savons ce que cela veut dire. Face aux aléas climatiques, nous sommes souvent démunis. L’an dernier, encore, c’est le gel qui est venu amputer le revenu. La sécheresse qui fait des rendements très bas, alors que rien n’est vraiment prévu pour inverser cette tendance. Les pouvoirs publics ont une lourde responsabilité dans la non prise en compte pour l’utilisation de l’eau lors des crues. Cette eau pourrait être stockée. D’autres possibilités existent. Il suffit que les moyens financiers soient mis à la disposition de l’économie indispensable à notre département : l’agriculture. (plus spécifiquement la viticulture). Si cette dernière connaît des problèmes, c’est toute l’économie départementale qui est à la peine.
Des mesures d’urgence doivent être prises pour, dans un premier temps, montrer à ces travailleurs de la terre qu’ils ne sont pas seuls. Que l’état est à leur côté, les hommes et femmes politiques de tout bord, aussi. La première des solidarités est bien celle-là : être aux côtés de ceux qui souffrent, de ceux pour qui l’angoisse des lendemains, peut engendrer des gestes irréversibles.
Ils peuvent compter sur le MoDEF et sa solidarité pleine et entière ».