iAngleterre. L’adolescent âgé de dix-sept ans qui le dimanche 4 août a poussé du 10e étage du Tate Modern à Londres (Royaume Uni de Grande-Bretagne) un touriste français âgé de six ans, a été inculpé de tentative de meurtre et écroué le soir même. La victime souffre de multiples fractures, l’enfant a la colonne vertébrale brisée, et d’hémorragie cérébrale.

Il comparaissait dès le mardi 6 août devant le tribunal pour enfants de Bromley (Kent), dans le sud-est de Londres. Le suspect avait été interpellé sur place. Il ne connaissait pas la victime, selon la police, qui avait dit dès le lendemain des faits (lundi 5 août), traiter cet événement comme « un événement isolé, sans mobile clair ou apparent ». Le jeune auteur (mineur) de la tentative ne meurtre emprisonné n’avait aucun antécédent judiciaire.

France. A Signes, dans le département du Var, est mort le lundi 5 août 2019, en tentant d’empêcher un dépôt sauvage de gravats. Jean-Mathieu MICHEL, 76 ans, était élu depuis 1983.

L’élu de la République venait de demander aux deux employés en BTP, âgés de 23 ans (le conducteur) et 20 ans (l’apprenti), de recharger les déchets en attendant l’arrivée de la police municipale. C’est il semblerait en tentant de prendre la fuite que le conducteur de la camionnette aurait effectué subitement une manœuvre et violemment percuté le maire qui est mort sur place.

Une information judiciaire pour « homicide involontaire » a été ouverte dans cette affaire. Après sa garde à vue, le suspect est ressorti libre, placé sous contrôle judiciaire.

Pourtant, l’avocat Jean-Claude GUIDICELLI réfute la « piste accidentelle » que semble privilégier les enquêteurs : « Le conducteur du fourgon est parfaitement conscient au moment des faits que sa manœuvre ne va non pas mettre en danger la vie d’autrui, mais attenter à la vie de monsieur le maire (…) ». Sur Franceinfo, l’avocat a décrit le probable scénario suivant : « Dans un premier temps, le conducteur a été surpris en train de commettre une infraction. Le maire est intervenu pour lui demander de ramasser les gravats avant de lui intimer l’ordre de rester sur place le temps d’appeler la police municipale pour que cette dernière vienne le verbaliser. Afin d’obliger le conducteur du fourgon à obtempérer, le maire de Signes a garé sa voiture à l’avant de la camionnette et s’est lui-même positionné à l’arrière pour empêcher le conducteur de faire une marche-arrière. A cet instant, chacun peut imaginer cet espèce de chaudron émotionnel dans lequel se retrouve le conducteur. Il est prisonnier de son propre piège, dans son véhicule, et ne veut pas se faire verbaliser. J’imagine que le suspect a agi sur un coup de tête, de sang, de folie, car ça se passe en une seconde, c’est brutal et soudain ».

En Angleterre, sans mobile apparent et mineur, l’auteur des faits est écroué. En France, avec un mobile apparent (même si l’enquête ne l’a pas clairement identifié) et majeur parfaitement conscient au moment des faits, est laissé libre placé sous contrôle judiciaire.

Cherchez l’erreur.