« Une nouvelle fois, ce dimanche après midi du 14 février 2016, un dramatique accident vient d’endeuiller la région Conflentoise traversée par la RN116. En premier lieu nos pensées vont aux victimes de la route et à l’ensemble de leurs familles atteintes par un nouveau drame en cet endroit des Pyrénées Orientales. 

 

Les statistiques des accidents entre Rodès et Prades parlent d’elles mêmes. Nous n’aurons pas l’outrecuidance de rappeler aux services départementaux de l’Etat les infractions de la route constatées lors des récents contrôles effectués en présence de Madame Josiane Chevalier, Préfète des Pyrénées Orientales. Nous n’aurons pas les mêmes civilités quand aux dernières positions du Gouvernement en matière d’investissement routier dans les P-O. Le Gouvernement a décidé sine die l’arrêt du projet quasi clôturé pour la réalisation de la nouvelle RN116. Ce nouvel ouvrage serait en conformité avec l’augmentation, actuelle et future, du trafic routier en Conflent pour accéder vers les hauts plateaux Cerdan et Capcinois. Aujourd’hui tous les utilisateurs de la RN116 sont en danger sur cette partie de route. Marquixanes, première commune traversée par la RN-116 après la sortie de Perpignan, à peur du drame.

 

Il est grand temps que les élus de notre département, proches de la majorité gouvernementale, s’activent et nous aident pour que l’Exécutif qu’ils soutiennent révise sa position sur ce projet qui est primordial pour la sécurité routière départementale mais aussi pour l’économie départementale.

 

La réalisation d’une nouvelle RN-116 c’est l’équivalant de millier d’heures de travail, donc d’empois. Il est encore temps que nos élus locaux mandatés, prennent conscience que leur démission sur ce sujet peut préfigurer un désastre en fragile sursit. La modification de cet axe routier ne peut plus être reportée, il est urgent que les décideurs en prennent définitivement conscience ».

Lucien BAILLETTE

Président du Collectif d’Union pour la nouvelle RN-116