Près de deux cents sapeurs-pompiers français et espagnols luttaient dans la nuit encore contre un incendie qui, vers 21 heures, avait déjà détruit quelque cent cinquante hectares de forêt en montagne, sur les territoires des communes de Porta et Latour-de-Carol, dans le canton de Saillagouse.
Les soldats du feu ont reçu le soutien d’une quinzaine d’avions et d’hélicoptères jusqu’à la tombée de la nuit…
Selon une dépêche de l’AFP tombée à 21 h 28 : « L’incendie a démarré pour une raison inconnue peu avant 17 h ce vendredi 9 septembre 2011, dans une zone inhabitée, à un kilomètre de la frontière. Il a d’abord été poussé par le vent vers la crête, menaçant de passer rapidement en Espagne, à quelques kilomètres de la principauté d’Andorre. Avec l’arrivée de la nuit, le vent a tourné et le feu est redescendu vers Latour-de-Carol, mais sans menacer d’habitations ».
« Il ne s’agit pas d’un feu catastrophique, mais la lutte est compliquée car le terrain est très accidenté », a déclaré, toujours à l’AFP, un pompier du Centre opérationnel départemental d’incendie et de secours (CODIS). Le directeur de cabinet du préfet des Pyrénées-Orientales, Emmanuel Moulard, a précisé « Que du côté français quatre groupes d’intervention d’une vingtaine d’hommes avaient été mobilisés dès le déclenchement du feu, avec leurs véhicules, trois des P-O et un venant de l’Ariège ». L’équivalent de deux autres groupes a été engagé par les autorités espagnoles.
La France a apporté vendredi le concours de deux Canadairs venant de Marignane (Bouches-du-Rhône), de deux avions trackers (déversant un produit retardant) et de deux hélicoptères bombardiers d’eau. L’Espagne a engagé quatre avions et quatre hélicoptères, selon M. Moulard.