L’interview de l’ancien préfet Bonnet publié hier dans l’hebdomaire VSD continue de faire des vagues… D’autant que télés et radios nationales continuent d’appuyer sur la rumeur qui colporte qu’Yvan Colonna – dont le 3ème procès est en cours à Paris, dans le cadre de l’assassinat du préfet Claude Erignac à Ajaccio, en 1998… – aurait pû être l’informateur du successeur du préfet Erignac, Bernard Bonnet. Ce que démend formellement ce dernier, qui vient d’ailleurs d’adresser une lettre dans ce sens au président de la cour d’assises spéciale à Paris qui abrite ce 3ème procès Colonna.
– « Je n’ai jamais rencontré Yvan Colonna, ni en Corse ni ailleurs », écrit l’ex-préfet en Corse, Bernard Bonnet. « J’ai bien reçu plusieurs fois au palais Lantivy, siège de la préfecture d’Ajaccio, dans le cadre de mes responsabilités de préfet de Région un certain Paul Colonna, éleveur en Corse du sud, qui avait exercé des responsabilités dans le syndicalisme des jeunes agriculteurs. Nos entretiens avaient porté sur les questions agricoles et la préparation du contrat de plan. Cette homonymie est sûrement à l’origine de la confusion commise par le policier affirmant en novembre 1999 au procureur général de Bastia, M. Legras, avoir rencontré Yvan Colonna dans l’antichambre de mon bureau en 1998.
La juge Laurence Le Vert m’avait convoqué le 14 mai 2001 dans son bureau pour prendre part à une confrontation avec Vincent Andriuzzi, alors suspecté d’être l’un des initiateurs du groupe des Anonymes. Au cours des échanges, elle m’avait demandé de désigner mon informateur Corte dans une liste de quatre noms, parmi lesquels figurait celui de Paul Colonna. J’avais fait le choix de ne pas répondre à cette question, pour préserver l’anonymat de Corte ».