De nouvelles manifestations violentes ont eu lieu, hier samedi 20 février, à Barcelone (et dans d’autres villes d’Espagne), où la mobilisation est la plus forte, après l’incarcération de Pablo Hasel, un rappeur catalan condamné pour insultes à la monarchie et aux forces de l’ordre.

De nouveaux affrontements ont opposé samedi soir à Barcelone la police et les manifestants protestant contre l’incarcération du rappeur, révolutionnaire et marxiste assumé, pour la cinquième nuit consécutive.

Cette série de manifestations a commencé mardi après l’arrestation et l’emprisonnement de Pablo Hasel, 32 ans, condamné à neuf mois de prison pour des tweets dans lesquels il insultait la monarchie et la police, ainsi que pour apologie du terrorisme.

 

Hier, certains émeutiers ont brisé des vitrines le long de l’avenue Passeig de Gràcia, une des grandes avenues commerciales de Barcelone, pillant des boutiques de vêtements de luxe. Ils s’en sont aussi pris au bâtiment de la Bourse de Barcelone et ont incendié plusieurs motos.

 

Au total, près d’une centaine de personnes ont été arrêtées depuis mardi et de nombreuses autres blessées, « dont des policiers et une jeune fille qui a perdu un oeil à Barcelone, probablement après un tir de balle en caoutchouc de la police ».