Si depuis le début de l’année le bilan dela sécurité routière dans le département fait ressortir une stabilité du nombre d’accidents de la route et une diminution du nombre de blessés hospitalisés (50 en 2012 contre 72 en 2011 sur la même période), cette tendance est malheureusement annihilée par une augmentation importante du nombre de personnes décédées : 20 personnes ont perdu la vie sur les routes départementales du 1er janvier au 20 juin 2012, contre 12 sur la même période en 2011…

Parmi ces accidents mortels, 7 contre 2 en 2011 ont concerné des deux-roues à forte cylindrée (supérieure à 125 cm3), entraînant la mort de 8 personnes (dont 1 passager). Dans tous ces accidents de motos, aucun autre véhicule n’était impliqué.

De façon générale, on observe que l’alcool et la vitesse sont souvent à l’origine des pertes de contrôle.

A la demande du préfet des Pyrénées-Orientales, René Bidal, les services de police et de gendarmerie vont renforcer les contrôles spécifiques, à la fois sur le comportement des motards, mais aussi sur la conformité de leur véhicule, notamment des plaques d’immatriculation, car la certitude de ne pas pouvoir être identifié renforce le sentiment d’impunité.
Pour les infractions les plus graves (conduite sans permis, récidevide de grand excès de vitesse ou d’alcoolémie délictuelle, prise de stupéfiants), le véhicule sera mis en fourrière comme ce fut le cas le 17 juin dernier, pour un motard qui circulait sur un deux roues de 600 cm3, dans l’agglomération de Banyuls-sur-Mer, qui a été interpellé pour excès de vitesse et comportement dangereux alors qu’il n’était pas titulaire du permis de conduire et n’avait pas souscrit d’assurance

« L’objectif de l’ensemble de ces mesures, souligne le préfet Bidal, est de conduire une action déterminée sur les comportements déviants. Les motards sont, certes, parfois les victimes d’usagers de la route peu attentifs aux deux-roues, mais ils sont aussi auteurs d’infractions graves que l’on doit réprimer car ils en sont malheureusement les premières victimes, ainsi que leurs proches, plongés dans le deuil et la souffrance ».