Deux propriétaires de terrains de camping situés sur le territoire de la commune d’Argelès-sur-Mer ne sont pas prêts d’oublier la mésaventure dont ils ont été l’objet, ou plutôt la cible, il y a deux-trois semaines…

Chacun le sait : la saison estivale a plutôt mal démarré dans le département des Pyrénées-Orientales (ce qui n’est pas le cas partout ailleurs !). Il faut reconnaître, au-delà des caprices météorologiques, entre autres, que les responsables politiques du Tourisme au niveau du Département et de la Région Occitanie/ Pyrénées-Orientales, n’aident pas beaucoup les professionnels du secteur. Ces décideurs-là, qui détiennent pourtant les cordons de la bourse pour ce qui est d’assurer la promotion touristique du Pays Catalan, par exemple, sont particulièrement nuls. A force de placer les copains d’abord, à force de récompenser à des postes clés des militants de leur parti politique, à force d’installer des obligés, des redevables – ignorant les fondamentaux de la compétence – voilà où aujourd’hui nous en sommes. La situation de l’activité du Tourisme dans les P-O n’a jamais été aussi mauvaise, catastrophique, vue de l’extérieur… et de l’intérieur. Même dans les commerces de la  « Perle de la Côte Vermeille », Collioure, subit la crise de plein fouet. Certes, il y aura toujours un perlimpinpin pour distiller sa poudre de « tout va très bien Mme la Marquise, tout va très bien, tout va très bien ! ».

Revenons à nos tentes. Il y a deux-trois semaines donc, deux campings parmi les plus luxueux et mieux placés d’Argelès-plage, décident, face au marasme économique, de proposer la location de mobil-homes à moins de 200€ la semaine (ttc), histoire d’occuper le terrain.  Les tarifs sont même plus proches de 150€ que de 200€. Les mêmes qui, traditionnellement, en haute saison estivale (pendant les mois de juillet & août), louent ces mobil-homes de 1 000 à 1 500€ la semaine… Nous dit-on.

Les deux campings voient débarquer dans leurs enclos des tribus, qui avaient effectué des réservations via Internet, ni vu ni connu. A la réception de l’un des deux campings, on s’inquiète de l’arrivée de cette nouvelle clientèle, qui visiblement ne correspond pas, mais pas du tout, aux clients habituels. Peu importe, dans l’un et l’autre des deux campings, pour éviter tout scandale – d’être notamment accusés de « discrimination » – on ferme les yeux et on laisse entrer le cheval de Troie…

Pendant le séjour, tout se passe bien. Pas un incident, pas un vol, pas une bagarre à déclarer. Et c’est tant mieux ainsi. Puis tout le monde quitte les lieux, ravi du séjour et, surtout, des conditions exceptionnelles qui l’ont accompagné.

Surprise cependant : la semaine dernière, tous les mobil-homes qui avaient été loués « pas cher » ont été cambriolés ! Les derniers occupants, semble-t-il, seraient revenus sur les lieux avec à chaque fois un double des clés.

Aucune plainte n’a été déposée. Ouf ! Mais, parait-il, on ne les y reprendra plus… Mais « Qui », au fait ? Les propriétaires de camping… ou les cambrioleurs ? C’est un peu comme le phénomène des vélos, à Argelès-sur-Mer, en ce moment il s’en volerait une dizaine par jour, mais personne ne les réclame… Bizarre-bizarre, comme c’est bizarre, vous avez dit « bizarre » ?