« Ce vendredi 26 janvier la RN-116 fera l’objet d’une attention gendarmée.
Monsieur Pascal MAILHOS, préfet de la région Occitanie, et Monsieur Philippe VIGNES, préfet des Pyrénées-Orientales, fouleront, par pneus interposés, le goudron de la route la plus meurtrière des Pyrénées-Orientales.
L’inauguration qu’ils présideront à Prades marque la fin des travaux de mise en sécurité des Pradéens au droit du giratoire de la RN-116 aux abords de la zone commerciale dénommée « Gibraltar ».

Evidemment, le trajet qu’ils accompliront du Roussillon au Conflent sera parcouru en toute sécurité routière grâce à la vigilance des forces de gendarmerie attachées à la quiétude des hauts-fonctionnaires en déplacement. Nous souhaitons au corp préfectoral français un bon séjour en Pays Catalan, en espérant qu’ils apprécieront comme il se doit ce Conflent pradéen chargé d’histoire par Ria et Saint-Michel-de-Cuxa, deux berceaux historiques et mémoriels de la catalanité et des Catalans. Ces sites n’étant qu’à quelques encablures du lieu de l’inauguration.
Cette importante venue préfectorale nous remet en mémoire le courrier que nous a adressé mi décembre Madame Elisabeth BORNE, ministre des Transports, par l’intermédiaire de son chef de cabinet, nous informant qu’elle avait demandé à Monsieur Philippe VIGNES, préfet de notre département, de prendre relation avec nous sur l’épineux dossier de la RN-116 incluant un projet ridiculement ravageur du village de Marquixanes, dans sa partie récemment bâtie, entre voie SNCF et rivière.
Sans aucun effet à ce jour.
Pour mémoire nous demandions à Madame la Ministre que soit prorogée la DUP (Déclaration d’Utilité Publique) de juillet 2008 avec la création d’une véritable route à deux fois deux voies sécurisées entre Ille-sur-Têt et Prades.
Madame Laurence GAYTE, la peu pugnace députée de la nation en matière de sécurité routière sur la 3ème  circonscription de notre département, préfère à une route à deux fois deux voies sécurisée, séparée par un mur central, comme c’est le cas entre Perpignan et Ille-sur-Têt, une route à trois voies sectorisée.

C’est malheureusement sur ce type de route à deux ou trois voies que les chocs frontaux ont souvent lieux et son toujours les plus dramatiques. C’est un constat dramatique fait par statistiques sur la RN-116.
En sus de la sécurité routière nous ne pouvons occulter tous les bénéfices économiques qu’apporterait la prolongation de la route à deux fois deux voies de Perpignan à Prades, pour le Conflent mais aussi à l’ensemble de notre département. C’est d’ailleurs bien compris par une grande majorité d’élus des P-O.
Nous demandons à Monsieur le préfet Pascal MAILHOS, à Monsieur le préfet Philippe VIGNES, quand vendredi ils procéderont à la célébration de l’inauguration des travaux routiers pour la sécurité des Pradéens, qu’ils aient en mémoire tous les drames routiers de la RN-116 et que les Marquixanais, enfants et adultes, sont toujours en grande insécurité aux abords et sur cette route aux pièges sournois.
Nous attendons patiemment, sans lassitude et toujours la même détermination, que Monsieur le Préfet Philippe VIGNES prenne en considération la correspondance que lui a adressée Madame la ministre des Transports, après notre rencontre avec son chef de cabinet en sous-préfecture de l’arrondissement de Prades, lors de sa venue pour les Assises de la mobilité ».
Pour le Collectif pour la 116 Sécurisée à deux fois deux voies, DUP 2008, entre Ille-sur-Têt et Prades
Lucien BAILLETTE.