Communiqué de presse.

 

 

« Les anti-Linky… aussi !

 

Nous, usagers de l’énergie, sommes aussi porteurs de revendications, environnementales, sociales, sociétales et sanitaire.

 

Réchauffement climatique
Les compteurs/capteurs Linky, Gazpar, Aquarius, vont récupérer des milliards de données qui devront être stockées dans d’immenses « data center » où d’énormes ordinateurs énergivores seront refroidis par des unités de climatisation très puissantes. Ce qui participera au réchauffement du climat par le renvoi d’air chaud dans l’air.
Le Linky va permettre de développer la voiture électrique en lissant, à distance, les zones nécessaires à l’alimentation des bornes de recharges pour ces véhicules. Ce besoin d’électricité va justifier, comme le demande déjà EDF, la construction de 3 nouveau EPR. Alors que la transition énergétique nécessite plutôt un plan Marchal d’isolation de toutes les passoires énergétiques répertoriées.
35 millions de compteurs en parfait état de marche, d’une durée de vie de plus 40 à 50 ans vont être détruits, remplacés par des Linky qui eux atteindront de 12 à 15 ans maximum. Ce qui va générer 40 millions de tonnes de déchets qui vont nécessiter de l’énergie supplémentaire pour les traiter. Sans compter les compteurs de gaz (11 millions) et les compteurs d’eau (35 millions).

 

Sociales

 

Notre pouvoir d’achat, comme tous les citoyens, est impacté par les compteurs/capteurs Linky puisqu’ils augmentent nos factures. Il faut savoir que pour fonctionner même sans aucun appareil en marche, il consomme de 2w à 3w/h, selon les modèles (contrairement aux anciens). De plus, le disjoncteur incorporé au Linky est réglé pour se couper à 26,09A, ce qui équivaut à 30A pour une puissance de 6 kva. Il vous faudra passer à l’abonnement supérieur pour éviter les disjonctions récurrentes. A partir de 2021 nous devrons rembourser l’avance qu’ENEDIS a fournie (130€ par usager). Ce qui, selon la cour des comptes, permettra à celle-ci d’engranger 506 millions € d’intérêts. A terme, 10 000 emplois vont être supprimés, puisque la relève se fera à distance ainsi que plusieurs opérations effectuées par des techniciens sur le terrain.

 

Société

 

Les compteurs communicants et tout particulièrement le Linky, sont les chevaux de Troie d’un monde hyper connecté, où les objets connectés vont connaître une croissance exponentielle.
Le capitalisme, avec les nouvelles technologies numérique entame sa 3ème révolution, après l’industrielle et la finance, l’économie numérique va encore plus loin. Non seulement elle va, avec la 5G, couvrir toute la planète afin de développer l’initiative consumériste mais elle va aussi pouvoir établir un contrôle de masse.
A partir de nos habitudes de vie à l’intérieur de nos logements, ce qui sera possible avec le compteur/capteur Linky , les différents services de renseignements pourront compléter et amplifier leurs fichiers.
Le Linky va permettre de piloter à distance tous les nouveaux appareils connectés. Ce qui va nous déposséder de tous actes, actions et réflexions personnels. Le but étant de nous transformer en producteurs de données qui pourront être négociées en bourse.

 

Santé

 

Le déploiement des compteurs/capteurs s’inscrit dans le développement de l’économie globalisée où le tout connecté est le futur de la nouvelle société capitaliste. Tout cela sans tenir compte des effets sanitaires sur les humains ni sur le vivant, faune, flore.
OMS, dans un rapport de 2017 a pourtant classé les ondes électromagnétiques potentiellement cancérogènes 2b. Il s’agissait là d’une analyse qui n’incluait pas la 5G qui est en train d’être expérimentée dans plusieurs régions de France.
Il faut savoir que plusieurs centaines de satellites vont être envoyé dans l’espace afin de couvrir l’ensemble de la planète. Les ondes émises par la 5G sont des ondes encore plus puissantes que les ondes Wifi. Elles vont nécessiter de nombreuses antennes relais car elles sont de courtes portées et donc vont accentuer le brouillard électromagnétique déjà existant.
Changeons le système pas nos compteurs ! ».
Contact : stoplinkyrivesaltes@free.fr