Vendredi dernier, lors de la 6ème édition du Salon annuel départemental des maires, des adjoints et de l’Intercommunalité des Pyrénées-Orientales, qui se tenait au Parc des expositions route de Bompas, à Perpignan, Jean-Marc PUJOL (LR/ Les Républicains), maire de Perpignan, président de la communauté urbaine Perpignan Méditerranée Métropole (PMM), est intervenu dans le cadre d’une conférence portant sur les « réseaux de chaleur », organisée par le SYDETOM’66 et son président Fernand ROIG, en présence du sénateur François CALVET, ancien maire du Soler, ainsi que de diverses personnalités locales, dont le maire de Tautavel, Guy ILARY, président de l’association départementale des maires, des adjoints et de l’Intercommunalité des P-O.

« Ce fut l’occasion pour moi de féliciter le remarquable travail, dans le domaine du Développement Durable, du vice-président en charge de cette compétence, Dominique Schemla, ainsi que des équipes dont les agents territoriaux s’activent sur le terrain avec l’efficacité que l’on connaît », souligne sur son blog Jean-Marc PUJOL. « Chaque année, grâce à eux, grâce à leurs compétences qui font d’ailleurs souvent référence à l’extérieur de notre territoire, Perpignan Méditerranée Métropole est souvent, régulièrement, récompensée, citée en exemple ».

Aujourd’hui, les « réseaux de chaleur » apparaissent comme un moyen d’utiliser massivement certaines énergies renouvelables et de récupération.

Toujours selon Jean-Marc PUJOL : « Perpignan Méditerranée Métropole se devait d’accentuer sa présence dans ce secteur des énergies en pleine révolution. Je le répète fréquemment, au même titre que les Transports et le Numérique, l’Energie est un facteur innovant pour assurer, développer, le « Vivre ensemble » qui me tient particulièrement à cœur ».

Un « réseau de chaleur » permet de faire évoluer le bouquet énergétique du chauffage de tout un quartier ou toute une ville sans intervention dans les bâtiments ou dans les rues. Un « réseau de chaleur » est un système de distribution de chaleur à partir d’une installation de production centralisée et à destination de plusieurs consommateurs (collectivités, entreprises, immeubles de bureaux, centres commerciaux, particuliers…). La chaleur est transportée au sein d’un ensemble de canalisations.

Le projet de canalisation de transport d’énergie thermique qui nous concerne dans l’immédiat « court » sur 10 300 mètres ; il est destiné à alimenter un réseau de chauffage urbain haute température sur le pôle urbain de Perpignan. Il trouve sa « source » dans l’Unité de Traitement et de Valorisation Energétique (UTVE) des déchets du SYDETOM’66, mise en service en 2003 sur le territoire de la commune de Calce, à quelque huit kilomètres de Perpignan, sur un espace de vingt-cinq hectares.

De Calce à Perpignan, ce « réseau de chaleur » parcourra cinq communes : Calce donc, Baixas, Baho, Saint-Estève et Perpignan.

Et le maire de Perpignan de conclure : « En alliant le numérique et l’humain, le « réseau de chaleur » permettra aux uns de faire des économies d’énergie, à d’autres d’être plus compétitifs. Il touchera tous les secteurs du quotidien puisque ses premières dessertes concernent : la chocolaterie Cémoi, la clinique mutualiste catalane, le serriste Lucien Guitard, les écoles perpignanaises Hélène-Boucher et Léon-Blum, l’espace aquatique Arlette Franco, le centre hospitalier de Perpignan… Et vraisemblablement d’autres équipements encore dans un avenir proche. Ne perdons pas de vue que dans la décennie actuelle, la place des énergies renouvelables et de récupération continue de progresser. L’avenir n’est pas dans l’énergie fossile, même si la transition c’est évident ne se fera pas du jour au lendemain. A leur modeste niveau, PMM et le SYDETOM’66 espèrent bien contribuer avec succès à cette transition énergétique en apportant leur pierre à l’édifice du « réseau de chaleur » territorial. Ce projet, notre projet, répond aux exigences de la loi sur la transition énergétique pour la « croissance verte » promulguée en août 2015. La croissance c’est de l’économie et l’économie c’est de l’emploi ! ».